En mission dans les quartiers sensibles.

Actualités

Actualité récente du Rocher

07Mai

2 semaines de vacances bien remplies à Grenoble !

1ère semaine

Après un chouette samedi « Grand Jeu de Pâques », au Parc Bachelard, juste à côté de Mistral, nous avons décidé de ne pas nous mettre trop de pression pour ces vacances réinventées à J-3 ! Lundi en équipe « classique » : réunion pour préparer les 15 jours à venir, dej d’équipe, grosse session ménage et courses / logistique en prévision des activités (c’est-à-dire passer du temps au téléphone avec les familles pour se donner RDV).

Nous nous sommes séparés en 3 duos du Rocher, et avons embarqué à la journée mardi, mercredi et jeudi, une famille « chacun » avec qui nous aurions dû partir en camp. Vrais temps de qualité que de se retrouver à 2 ou 3 du Rocher, dehors au soleil (mais dans le vent) avec une maman et des enfants qu’on connaît par cœur, mais dans un contexte différent et surtout dans un lieu beau, où l’on prend le temps. Merci à F. et I. de nous avoir régalé pour les déjeuners, le début du Ramadan a du bon pour les enfants et nous autres catholiques !

Nous avons décidé de maintenir les jours classiques d’Accompagnement Scolaire pour terminer les devoirs donnés par les professeurs et maîtresses pour la semaine d’ « école à la maison » qui, comme prévu, s’est étalée sur les 3 semaines de « confinement ». Environ la moitié des enfants inscrits habituellement sont venus, nous faisons pas mal face à une « flemmingite aïgue » en ce moment de type « j’ai tout fini, je ne viens pas au Rocher »… Point positif, nous avons eu l’occasion de bien avancer avec ceux présents !

L’équipe accueille Jeanne, une nouvelle stagiaire éduc spé qui, au rythme de 3 semaines au Rocher / 1 semaine en cours, vivra avec nous à la coloc des filles jusqu’à mars prochain. Le top du top pour assurer une continuité dans l’équipe !

Elle file donc visiter une certaine I. (avec qui nous sommes partis nous balader en début de semaine), pilier du Rocher et que l’on voit très souvent, mais chez qui on va finalement assez peu. L’objectif cette fois-ci est double : récupérer une de ses fameuses recettes pour le livre des 20 ans et accueillir Jeanne. On se retrouve à faire les devoirs de R. , 9 ans, qui est dans la même classe que S. , un des enfants d’I. et qui est venu chez « tata » pour finir ses devoirs de vacances, pendant que Jeanne discute. Pépite ce genre de visite impromptue où tu te retrouves à plancher pendant 1 heure sur la lecture de l’heure sur une horloge… On finit la journée par un petit tour de rue où nous avons croisé de nombreux habitants et au bout de 8 mois sur place, on commence vraiment à expérimenter ce truc du Rocher dont on te parle depuis le début : faire partie du quartier et connaître « tout le monde ». Une belle mise en jambes pour notre Jeanne !

 

2ème semaine des vacances

Cette 2ème semaine commence sur le même modèle que la 1ère : un lundi en équipe, une réunion, une logistique. Cette semaine nous proposons des ateliers de 6 enfants tous les après-midis du mardi au vendredi. On gère les inscriptions, les venues et les absences, le programme, le matériel, etc. On avoue tout : on a un peu créé tout ça au jour le jour, ou presque, parce qu’il est bon de prendre le temps aussi et de ne pas se bétonner l’esprit avec des trucs trop trop poussés, même si bien évidemment ce qu’on leur a proposé est qualitatif !

3 ateliers sur différents thèmes : « Nature et Photographie », « Bricolage et Jardinage » et « Visite de la ville ».

Armés d’appareils jetables (quelle découverte que le concept de photos sur une pellicule, avec un nombre restreint de prises de vue, suivi d’une attente pour visualiser le cliché… !), nous avons vadrouillé avec 6 ou 7 enfants (de 5-9 ans) entre le Vercors (le désert de Jean-Jacques Rousseau est un super spot à 20 min de Grenoble pour ceux qui seraient du coin), le jardin des plantes, un immense parc à Echirolles et le clou du spectacle : les bulles de Grenoble. Prendre le tram ou le bus est aussi une grosse aventure, hyper motivés pour tenir le plan et nous guider, valider les tickets, ramasser des cailloux et les peindre, prendre 15 photos de la même chose, ramasser de l’ail des ours (et le manger), coller des feuilles sur un livret, se disputer un peu, rire beaucoup, ce fut une vraie belle semaine ! Pendant ce temps, les plus grands (11-13 ans) ont retapé le poulailler des poules du Rocher, la sortie chez Bricorama pour choisir les planches étant une activité en soit ! Ils ont également planté pas mal de graines pour créer des jardinières de plantes aromatiques. Un 3ème groupe de plus jeunes (8-10 ans) est parti à la découverte de Grenoble depuis tous les points de vue possible : en montagne, dans les œufs, en tram, dans les jardins emblématiques, historique etc.

19Avr

Etre adjoint d’antenne au Rocher

« En tant que jeune diplômé, être adjoint au Rocher depuis septembre me fait grandir autant humainement que professionnellement. Les missions qui me sont confiées au quotidien sont variées, ce qui me permet de continuer à développer des compétences nouvelles à mettre au service de ce beau projet. Le lien étroit existant et la confiance que m’accordent Geoffroy et Camille, responsables de l’antenne de Marseille, me permettent de travailler aussi bien en autonomie sur certains projets, qu’en équipe lors d’activités mises en place avec les habitants. C’est en partie de cette liberté d’action que provient ma joie d’agir dans les quartiers nord de Marseille.
Concrètement, les semaines sont assez rythmées, tant par les activités prévues dans le planning que par les rencontres inattendues avec nos voisins dans la cité. Alors que mes expériences passées m’avaient parfois habituées à rechercher un résultat probant, ou une efficacité optimale dans la réalisation de mes tâches, ici il n’en est rien. J’ai compris au bout de quelque temps que le cœur de mon travail résidait dans le simple fait d’Être, tandis que notre culture est tellement concentrée sur le Faire. C’est avec cette volonté d’être pleinement présent et conscient que nous œuvrons en équipe.
Dans cette même dynamique, nous essayons actuellement de nous mettre en mouvement pour, à travers notre accompagnement des jeunes et leur famille, leur redonner leur pouvoir d’agir. En partant d’une situation telle qu’elle est à un instant précis, en intégrant et en acceptant la personne ou le groupe sans conditions préalables, on peut alors permettre aux individus de mieux contrôler leur vie. Ainsi, dans nos différentes activités, nous cherchons à supprimer les prérequis qui pourraient exister, et je trouve cette posture vraiment très intéressante tant pour les personnes accompagnées que pour notre équipe.
Si ce cadre professionnel me convient si bien, il n’en faut néanmoins pas oublier les responsabilités qui m’y sont confiées. Mon activité principale réside dans l’animation de la vie de l’équipe, à savoir prévoir, parfois réaliser, et relire avec l’équipe les activités que nous proposons au Rocher. Par ailleurs, j’assure avec le couple de responsables les différentes tâches annexes mais nécessaires au bon fonctionnement de l’antenne, telles que les partenariats, la recherche de fonds ou encore la gestion logistique. »

— Antoine, adjoint d’antenne à Marseille

 

Ce poste est une vraie chance pour moi : je peux à la fois être dans l’organisation, les questions de fond, l’accompagnement des volontaires, tout en étant à fond dans les activités sur le terrain. Les antennes sont de petites structures qui permettent de toucher à tout et de faire énormément de choses différentes. Le Rocher est pour moi une super école dans laquelle je continue à apprendre mon métier, au contact des habitants, de l’équipe salariée et bénévole, des partenaires dans le quartier et avec la grande famille du Rocher ! Le fait de vivre dans le quartier est aussi une chance que nous donne Le Rocher : nous sommes avant tout des amis et des voisins avant d’être des intervenants sociaux. Ça m’enlève une énorme pression : j’ai beaucoup à apprendre des habitants moi aussi ! ”

— Marie-Liesse, adjointe d’antenne à Nîmes

 

” Avec Le Rocher, je découvre une autre approche de l’accompagnement social en tant qu’éducatrice spécialisée. La présence aux côtés de, l’être avec, le partage et le soutien dans le quotidien, avant l’agir. Tisser un lien de voisinage et d’amitié, permet par la suite un accompagnement progressif en toute confiance et en profondeur. Nous nous ouvrons mutuellement les uns aux autres. Les habitants nous invitent dans leur quotidien avec leurs joies et leurs difficultés. Nous échangeons sur nos racines, notre culture, nos besoins, ce qui nous fait vivre, nous ressource….  Au fur et à mesure des semaines et des mois, de petites pistes se dégagent pour dépasser les difficultés notamment au niveau éducatif (par exemple les effets positifs du jeu en famille : plus de dialogue, moins d’écrans, s’échapper quelques minutes des tracas de la vie courante pour les parents, se rapprocher de ses enfants…)

— Lise-Marie, adjointe d’antenne aux Mureaux

 

” Anciennement volontaire à Bondy, je suis revenue au Rocher 1 an après la fin de ma mission mais cette fois en tant que responsable adjointe de l’antenne de Bondy.

Dans le poste d’adjoint j’apprécie particulièrement le juste équilibre entre les missions sur le terrain et les missions plus administratives / managériales. J’ai de multiples casquettes : je m’occupe à la fois de seconder le couple responsable d’antenne dans toute l’organisation de la vie de l’antenne et dans le management des volontaires, mais aussi d’aider mon responsable pour les dossiers de subventions et sur certains partenariats. Je suis également chargée de la recherche de bénévoles et suis présente sur quelques activités pour maintenir le contact avec les habitants et pouvoir les accompagner au mieux. Au Rocher la routine n’existe pas ! Le poste d’adjoint est un poste très complet qui permet de progresser très rapidement tant sur le plan professionnel que sur le plan humain.

L’adjoint est l’intermédiaire entre les volontaires et les responsables d’antenne. J’apprécie le fait de travailler au sein d’une équipe pluridisciplinaire. C’est très enrichissant car chacun à quelque chose à apporter, une façon différente de vivre sa mission et de travailler en équipe, on apprend beaucoup les uns des autres. Ma présence en tant qu’adjointe permettra de faire le lien auprès des habitants suite à l’arrivée de nouveaux responsables et volontaires à la rentrée prochaine. ”

— Sabine, adjointe d’antenne à Bondy

 

 

19Avr

Témoignage de Constance, Service civique à Paris

Après avoir suivi une formation de Philosophie en Suisse, je suis actuellement étudiante en deuxième année de « Conduite de Projet Humanitaire ». Mon service civique de 6 mois à l’antenne du Rocher de Paris X me valide un stage dans mes études.

M’associer avec le Service Civique est une manière pour moi de servir mon pays. Vivre avec les habitants est l’occasion de me donner entièrement à la mission. Le Rocher permet un cadre de rencontres authentiques entre différents milieux et populations. Être à l’antenne de Paris m’offre l’opportunité d’être témoin des divisions sociales et culturelles de notre propre capitale. Le Rocher encourage l’épanouissement global de la personne humaine en prenant compte de toutes ses difficultés : morales, éducatives etc. Être au Rocher m’offre une expérience de terrain enrichissante : j’apprends à connaître l’autre dans son contexte familial, à être face à un public varié : femme, enfant, homme, jeune professionnel, à déployer l’écoute active et à acquérir des compétences pour mon projet professionnel. Le Rocher est aussi l’occasion d’apprendre à me connaître avec mes qualités et mes limites.

J’organise des sorties à vélos. Cet atelier est né suite à la demande des adolescents. La sortie vélo répond donc à certains de leurs besoins :  sortir de chez eux, faire du sport, quitter leur quotidien compliqué, être pleinement acteur de leur après-midi, se dépasser. Cette activité permet à plus grande échelle d’apprendre les codes pour être un citoyen respectueux : le code de la route à vélo, attendre le groupe, créer une unité et une cohésion d’équipe malgré les différences. Au fil du temps, cette activité permet de faire grandir le « développement du pouvoir d’agir » de l’adolescent. En effet, l’activité vélo ne peut se faire sans leur responsabilité. L’activité vélo est également facteur de lien social : les adolescents se retrouvent dans de bonnes conditions, et peuvent déployer leur liberté dans un cadre. L’adolescence est une période complexe. Accompagner les adolescents dans leurs réflexions, les écouter et poser un regard bienveillant sur eux peut se faire grâce à l’activité vélo.

16Avr

La joie d’être responsables d’antenne en cité

” À la question « Sommes-nous heureux à Bondy? », la réponse est OUI! Nous n’aurions jamais imaginé rencontrer tant de belles personnes et
recevoir tant de joie ! La vie est dure dans la cité, souvent violente, parfois révoltante mais nous sommes comblés de tous ces rires et sourires partagés jour après jour. Nous sommes heureux de passer nos journées ensemble à nous occuper des volontaires et superviser les activités déployées au Rocher. Nous aimons particulièrement les visites à domicile : c’est toujours très riche d’aller rencontrer les personnes chez elles, dans leur quotidien. On prend le temps de se parler, de se connaître, les discussions sont riches et profondes. Les personnes nous
reçoivent avec tellement de bienveillance. ”

Mayeul & Aude
en mission avec leurs 6 enfants à Bondy

15Avr

Témoignage de Cyrille, chargé d’insertion à Toulon

Cyrille, à Toulon Sainte Musse témoigne de son action en insertion auprès des jeunes :
“Depuis 6 ans, j’accompagne les grands jeunes au sein du Rocher. Ce travail m’a permis de grandir de manière humaine et professionnelle. Je rencontre au quotidien des jeunes qui ont envie de sortir de “leurs galères”, ils me montrent à quel point la vie dans le quartier peut être dure et combien les fractures sociales sont grandes. A moi de faire le lien entre eux et ce qui est proposé pour les aider dans la société. J’ai donc la possibilité de travailler avec de nombreuses institutions : Mission Locale, mairie, entreprises, et autre association de réinsertion. Cela permet de faire des ponts et d’être la première étape avant le long parcours de la réinsertion professionnelle.”

Un poste de chargé d’accompagnement social et professionnel est à pourvoir pour notre antenne des Mureaux !

Voir la fiche de poste : https://urlz.fr/fphV

10Avr

Témoignage de Myriam M., en mécénat SERVIER avec Aminata au Rocher de Bondy

Je cherchais une mission à distance, à faire même pendant les périodes de confinement. Une mission d’accompagnement à la scolarité au Rocher était proposé dans le cadre du mécénat de Servier. J’avais déjà fait de l’accompagnent à la scolarité, je me sentais capable de le faire et ça me motivait bien. Aminata est gentille et agréable, ça se passe très bien. C’est une belle rencontre, un vrai moment sympathique à chaque fois. Je me suis engagée à faire 7 séances, elle ne sont pas régulières mais ce n’est pas grave si ça correspond à son besoin.

Ça apporte beaucoup de satisfaction d’aider un enfant : quand il comprend, qu’il est content, qu’il nous pose des questions. Parfois elle m’envoie des petits cœurs par texto c’est touchant. Tout ce travail est vraiment enrichissant !

07Avr

Sisteron

Nos lycéens nourrissaient depuis quelques temps l’envie d’aller visiter Sisteron ; ils en ont donc mené le projet ! La sortie s’est organisée un samedi. La motivation de chacun a mis au second plan des conditions météo pas idéales ce matin-là..! Sisteron est un beau village de Provence, point de passage stratégique à l’époque romaine. Nous nous sommes installés au bord de la Durance qui traverse le village, pour faire une thèque (les lycéens contre les volontaires) ; les jeunes ont gagné et ont réussi à former un bel esprit d’équipe. Nous avons ensuite pique-niqué le long de la rivière puis visité le village de Sisteron. Aux alentours de la citadelle, une chasse à l’homme s’est ouverte en mélangeant volontaires et lycéens.

C’était beau de voir l’enthousiasme de chacun, les liens fraternels (et mixtes !) tissés dans le groupe, l’intérêt porté à la dimension culturelle de la journée. Comme toujours, tout le monde est rentré fatigué… et/mais heureux !

06Avr

Visite d’une fondation à Grenoble

En début d’année, nous avons accueilli deux membres d’une fondation d’entreprise, la fondation Somfy. Nous les avons donc reçus comme il se doit, avec une Seffa Marocaine (poulet aux vermicelles), préparé par une habitante. Autour de la table, les deux employés, des membres du Rocher, la cuisinière, accompagnée de sa mère et d’une personne âgée dont elle s’occupe, et un grand ami du Rocher légèrement handicapé : une belle tablée très hétéroclite! Au dessert, notre ami nous propose de nous faire un petit spectacle : il s’empare de sa nouvelle peluche fétiche et part dans un numéro où il la fait parler, puis imite Jacques Chirac, et finit même par remercier que nous soyons tous réunis! J’ai été touché par la simplicité que nous avons eue dans l’accueil des membres de la fondation : nous étions des hommes et des femmes réunis autour d’une table pour se rencontrer, tous sur le même plan, avant d’être dans la relation donateur-bénéficiaire : c’est cela, l’accueil inconditionnel de toute personne, grand principe du Rocher!

06Avr

On se rue dans la rue !

Notre mission première au Rocher est d’habiter la cité et d’en occuper l’espace. A Campagne-Lévêque, en parallèle des nombreuses visites à domicile organisées, toute l’équipe du Rocher est présente au quotidien dans la rue, en organisant des animations de rue pour les enfants (et leurs parents !). Chaque mercredi et samedi, le city stade se remplit d’enfant aux alentours de 15h pour diverses activités de plein air (foot, basket, slackline, jeux en bois, jeux de société etc.). On joue et on s’amuse ensemble. L’ambiance y est joyeuse et chaleureuse ; c’est un rendez-vous que personne ne veut manquer !

06Avr

En route vers le sud !

Lors des dernières vacances, les « nordistes » (habitants des « quartiers Nords ») que nous sommes, avons traversé la ville de Marseille pour aller découvrir la magnifique calanque de Sormiou. Cette sortie avait été organisée au Rocher, avec l’équipe, par plusieurs parents désireux de vivre une aventure en famille. Nous nous sommes rencontrés à deux reprises pour organiser le programme de la journée et les moyens de transport.

Le jour J, après une heure et demie de bus, l’arrivée dans la calanque et la belle promenade jusqu’à la mer ont fait sensation. Nous avons partagé sur place un pique-nique… Malheureusement un peu écourté par un gros coup de vent ! Au retour, les enfants dormaient dans le bus… et certains parents aussi !

01Avr

Le Rocher a la main verte

Eduquer les jeunes et les enfants, soutenir la parentalité, et accompagner vers l’emploi : c’est la vocation du Rocher. C’est pourquoi, à Toulon Sainte Musse, l’antenne a mis en place les Jardins de la Rencontre, au fort de La Gavaresse et à Pépiole (Six-Fours-les-Plages).
Ces Jardins veulent être :

👉 Un lieu apaisant et beau, au cœur de la nature.
Les familles, les jeunes et les enfants se rencontreront dans un cadre nouveau, en dehors de la cité (à 30mn de Toulon), et apprendront à jardiner et cultiver ensemble, dans un lieu commun, qui favorise la rencontre et le partage.

👉 Un lieu de transmission des parents vers les enfants.
Ces jardins sont un lieu de valorisation des parents aux yeux des enfants, par la prise de responsabilité dans les ateliers, et la transmission d’un savoir qu’ils détiennent.

👉 Un lieu de formation pour l’insertion sociale, citoyenne et professionnelle.
Les Jardins de la Rencontre mobilisent les grands jeunes. C’est le début de leur réussite, comme en témoigne leur statut de modèle auprès des plus jeunes ! Des partenariats avec les lycées agricoles des alentours sont développés, pour des formation professionnalisantes à destination de ces grands jeunes.

25Mar

Le week-end mission du côté de Mistral

Pendant que le groupe « des hommes » déménageait pas mal d’affaires de bureaux dans notre local, les filles ont invité 3 des ados qui étaient avec nous pendant les vacances de février.  Avec un but bien précis : écrire un article qui aura une place dans un magazine « Quartier Chic » publié par une asso du quartier « Le Prunier Sauvage ». Pour les amadouer, nous leur avons promis un brunch ! Pancakes, nutella, thé, chocolat chaud… Nous les avons accueillies comme des reines ! Quel plaisir que de se lever, de se préparer et … de ne pas bouger de son salon pour faire une activité Rocher. Finalement, l’article n’a pas beaucoup avancé mais nous avons vraiment passé un beau moment de qualité !

Les 2 après-midi du week-end furent dédiés aux familles, avec des jeux de société au local. Les plus grandes jouaient dans une partie endiablée de Catan, elles ont été des adversaires redoutables pour une première fois, ce jeu de stratégie est génial ! Le 6 mars c’était aussi les 1 an de notre « Poupon » (bébé Louis) national : 2 après-midis jeux = 2 goûters = 2 fois plus de festivités ! Lorsque je vous dis qu’au Rocher, on passe notre vie à manger… Les mamans s’étaient vraiment données et on s’est régalés, pendant que Loulou ne comprenait pas vraiment tout ce qui lui arrivait, mais cela restera malgré tout des supers souvenirs !

 

25Mar

Vacances entre filles

Traditionnellement, les vacances de février sont dédiées aux ados, et de manière séparée : c’est parti pour 1 semaine entre filles ! Au programme : un goûter gaufres, une sortie ski de fond, une journée à Lyon et un « déjeuner presque parfait ».

Toute la semaine nous avons eu plus ou moins le même groupe de filles, entre 13 et 17 ans, en fonction des activités auxquelles elles avaient envie de participer. La sortie ski de fond s’est transformée en sorite luge à la dernière minute, mais sous un beau soleil d’hiver : quelle chance de profiter de l’air pur du Vercors ! A Lyon, nous avons crapahuté de Fourvière jusqu’à place Bellecour, en passant par une ou deux traboules (passage typique), pour finir la journée en beauté sur la presqu’île accompagnée d’un photographe professionnel (Raphaël de Belleville) qui leur a proposé quelques photos et appris des techniques de prises de vue. Le « déjeuner presque parfait » s’est monté sous forme de concours cuisine : 2 équipes, en cuisine de A à Z (menus, liste de courses, cuisine, service, ambiance, décoration) et en compétition sur le thème « Romance à l’Italienne ». Nous avons certes enchaîné 2 repas complets (entrée, plat, dessert) mais nous nous sommes toutes régalées, les filles se sont surpassées !

20Mar

Doux mélange

Samedi dernier, le groupe des collégiens du Rocher de Marseille est parti en sortie avec une patrouille de scouts. Au programme : formation et défis secourisme, découvertes d’activités des scouts, foot et temps de partage autour du goûter !

Une belle découverte et une vraie rencontre avec beaucoup de complicité pour ces jeunes d’horizons si différents.

“La prochaine fois c’est nous qui venons faire un foot chez vous” promettait un des scouts à la fin de la sortie ! Et pourquoi ne pas faire un camp scout cet été ?

18Mar

A fond les patins

Pendant les vacances de février, les collégiennes sont de nouveau parties en vadrouille pour découvrir les alentours de Marseille. Aujourd’hui, c’est destination Cassis ! La matinée commence par une heure de patin à glace avec tout le groupe : si la plupart des filles ont déjà un peu pratiqué, c’est une découverte pour beaucoup, et nous sommes témoins de quelques gamelles mémorables ! Nous repartons toutes un peu fourbues pour découvrir les calanques de Cassis. Au programme : balade, pique-nique et jeux de société sur la plage. Certaines vont même se tremper les pieds dans la mer et récupèrent des moules qu’elles ramènent ensuite chez elles ! La journée fut chargée mais les jeunes rentrent toutes avec des étoiles dans les yeux après une sortie riche en émotions.

16Mar

La progression des jeunes du Rocher vue par une volontaire

Albane, en Service civique au Rocher de Marseille, nous parle de sa vision sur ses missions et l’envie de faire progresser les jeunes.

” Ce qui me marque en relisant ces derniers mois, c’est la grande progression des jeunes que nous accompagnons. C’est grâce à la relation de confiance qui se tisse depuis des années, tant avec les parents qu’avec les enfants, que nous pouvons réellement les faire grandir.

Un travail au long cours

Cette progression est visible sur le long terme, nous voyons les résultats du travail des volontaires des années passées. Nous ne verrons nous-même que peu de résultats de nos propres actions éducatives. Un exemple :  A., il y a 2 ans, a fini en pleurs après une randonnée d’une heure, aujourd’hui, il grimpe au sommet de la Sainte Victoire sans râler, avec le sourire. On peut dire qu’il a bien développé son sens de l’effort. C’est aussi aujourd’hui, qu’on voit les années d’accompagnement dont Y. a bénéficié, lui qui est aujourd’hui ingénieur après une prépa et une grande école. Je pense aussi à R., bénévole au Rocher, qui porte aujourd’hui de beaux fruits auprès des jeunes après avoir été lui-même à leur place quelques années auparavant.  M., 10 ans, quant à lui, a une énergie difficile à canaliser, et a du mal à respecter et comprendre la pédagogie des Aventuriers Juniors. Depuis qu’il est chef d’équipe, il devient petit à petit moteur dans le groupe et s’investit dans la pédagogie.

Nous menons des actions autour de l’orientation et de la découverte des métiers, afin de faire naître des vocations et de préparer l’avenir en ouvrant les champs du possible : temps avec une conseillère d’orientation pour les lycéens, ateliers lettres de motivation, visites d’entreprises, du stade de l’OM, des pompiers… rythment nos semaines au Rocher. La visite chez les pompiers a particulièrement marqué les lycéens. Le temps d’échange avec eux était riche. Les pompiers ont sensibilisé les jeunes sur le sens du travail, le travail d’équipe et le goût de l’effort. Je crois que ce type de visite est essentiel pour des jeunes, peut être un critère déterminant dans la recherche d’emploi, et encourage ceux qui veulent faire un métier tourné vers les autres. Quand j’ai rencontré A. en début d’année, il rêvait d’un métier qui lui rapporte beaucoup d’argent, aujourd’hui – peut-être suite aux ateliers orientation et visites de professionnels ? – il veut devenir infirmier pour aider les autres. 

 

Levée de rideau sur un groupe talentueux

En janvier, nous avons monté un groupe de théâtre pour les collégiens. Il est composé de personnalités fortes, qui, à première vue n’ont rien en commun pour s’entendre. Avoir un projet commun et former un groupe ensemble semblait mission impossible au début, et les difficultés s’accumulaient. Mais la persévérance fait voir dès aujourd’hui les fruits de la peine donnée. Le théâtre est un excellent outil pour des jeunes qui ne maîtrisent pas bien le français, pour faire découvrir d’une autre manière la culture française, et pour se l’approprier, et permet aussi de se détacher du regard moqueur des autres, de travailler la bienveillance …  Le sens d’un atelier théâtre est donc très fort, pas question d’abandonner.  Il est très apprécié des jeunes et a fait dire à Vanessa : « merci car je suis en train de réaliser mon plus grand rêve, celui de devenir actrice ». Aujourd’hui, le groupe se constitue, les moqueries se font rares, et le projet commun de faire un spectacle en fin d’année les motive tous. L’esprit de bienveillance commence à voir le jour. Le théâtre fait vraiment des miracles. ”

Albane, volontaire en Service civique à Marseille

15Mar

Le Rocher fête ses 20 ans ! Faire mémoire et célébrer le chemin parcouru ensemble.

2021 promet des festivités ! Après 20 ans de présence et d’action au cœur des cités, Le Rocher veut remercier, célébrer et témoigner de son action.

En vivant au cœur des cités depuis 20 ans, Le Rocher a identifié 4 défis :
1. Le défi des fractures : de nombreuses formes de fractures découlent de la fracture sociale : une fracture économique, une fracture culturelle, numérique, religieuse…
2. Le défi des pauvretés : la pauvreté, prenant différentes formes et amplifiée par le Covid : pauvreté économique, mais aussi sociale, familiale, psychologique, linguistique, affective…
3. Le défi de la paix : la paix est menacée par l’insécurité du quartier, et par les difficultés rencontrées par chaque habitant, qui troublent le quotidien : trafics de toute sorte, violence, instabilité, tensions entre différents groupes ou quartiers.
4. Le défi du changement de regard et de l’affirmation de la valeur de l’autre : l’image négative des cités est véhiculée par les médias et les préjugés. Cette méfiance (allant dans les deux sens), qui enferme l’autre et le déshumanise, conduit à la résignation des habitants face aux difficultés qu’ils rencontrent dans leur quotidien.

Afin de répondre à ces 4 défis majeurs, Le Rocher a, depuis 20 ans, un projet basé sur 3 grands axes :
* Être une oasis de paix et de rencontre au sein des quartiers prioritaires de la politique de la ville. En vivant au coeur de ces quartiers, les membres du Rocher permettent une une mixité, du lien social, et un accompagnement éducatif, un soutien à la parentalité et un soutien à l’insertion sociale et professionnelle.
Dans les antennes, chaque personne est accueillie inconditionnellement et gratuitement.
* Être une école de la rencontre, afin de faire tomber les préjugés, la méfiance et le jugement de l’autre et ainsi bâtir des ponts entre les cités et le reste de la société.
* Être un témoin au service des habitants des cités et un témoin des réalités, des difficultés et de la beauté de ce qui s’y vit. En habitant au coeur des quartiers prioritaires et en entretenant des relations proches avec les habitants, Le Rocher est témoin de ce qui se vit en cités, de l’humanité et de la fraternité qui y sont présentes, des initiatives solidaires qui y naissent.
Le Rocher souhaite fêter et célébrer ses 20 ans, et également rayonner, témoigner de son action au cœur des cités, et faire naître des vocations ! Les 20 ans sont l’occasion de travailler sur la pédagogie de la rencontre, et de toucher les cœurs, de célébrer et remercier tous ceux qui font Le Rocher : habitants, volontaires, bénévoles, partenaires, salariés… Nous croyons aux rencontres qui transforment le monde. En cela, nous voulons œuvrer à bâtir « la civilisation de l’amour » véritable ferment de paix et de fraternité entre les hommes.

12Mar

L’exposition Declic’, un an après le confinement

L’objectif de ce projet est de permettre aux parents, enfants, bénévoles et jeunes de la Maison des Familles d’exprimer par la photo et le texte ce qu’ils ont vécu durant le confinement. En tentant de répondre à la question : « qu’est-ce que le confinement a changé dans mes relations familiales ? », nous souhaitons que chacun puisse réfléchir et prendre conscience des liens qui nous lient, nous relient, nous unissent et nous désunissent. C’est également l’occasion de prendre du recul et de mettre des mots sur cette période inédite pour nous, la société française et le monde entier. Vingt témoignages, sous la forme de textes et de photos seront exposés du mardi 16 au vendredi 19 mars 2021 à la Maison des Familles -les Buissonnets.

11Mar

Assiya, 21 ans, habitante des Mureaux, venue faire un stage au Rocher durant 1 mois

Pourquoi faire mon stage au Rocher ?
Je suis en Licence 3 Sciences de l’éducation, parcours insertion et intervention sociale sur les territoires à Paris XIII, en Seine Saint-Denis. Je vis aux Mureaux depuis toujours et plus tard, j’aimerais être chargée de mission autour de la jeunesse. J’ai connu l’association Le Rocher Oasis des Cités grâce à un ami. L’équipe actuelle l’avait abordé en tour de rue et comme ce dernier était au courant que je recherchais un stage, il m’a tout de suite parlé du Rocher. Je souhaitais faire mon stage dans le domaine de l’associatif plutôt que dans une collectivité territoriale quelconque, d’où mon intérêt pour Le Rocher. Je me suis renseignée sur le site internet : cela correspondait à ma formation et aux critères que je m’étais fixés : la grande variété des activités proposées me permettait de ne pas rester enfermée dans un seul domaine.

Mes missions
J’ai participé à toutes les activités proposées par l’antenne. J’ai même eu la chance de remplacer une fois Martine, la responsable de l’atelier sociolinguistique. Ce que j’ai préféré, c’est le porte-à-porte. J’appréhendais au début, mais une fois lancée j’ai trouvé ça incroyable de pouvoir rentrer si rapidement dans l’intimité des gens, je ne m’attendais pas à vivre la rencontre de cette manière, c’est une activité complètement insolite de nos jours ! Aussi, j’ai beaucoup aimé les ateliers sociolinguistiques : ce fut réel plaisir de voir ces femmes arriver et saisir l’occasion d’apprendre le français, dans une ambiance agréable et sereine, sans jugement, en étant dans le partage, l’apprentissage et la bienveillance des bénévoles envers chaque femme.

Ce que le stage au Rocher des Mureaux m’a apporté dans ma vie personnelle, c’est une meilleure confiance en moi, une certaine facilité à aller vers l’autre et surtout, une plus grande envie de rencontre ! Jusqu’ici, j’ai toujours eu un peu peur des autres, et j’étais ravie d’arriver à créer du lien, sans m’y attendre, dans des moments comme le tour de rue et le porte-à-porte. Professionnellement parlant, j’ai désormais une plus grande connaissance du terrain et des problématiques des territoires. J’ai été étonnée de voir des femmes isolées à cause de la barrière de la langue, de leur situation familiale. J’ai eu le même sentiment en voyant les difficultés des enfants durant l’accompagnement à la scolarité. Le regard que je porte sur les Mureaux reste plutôt positif, mais jusqu’ici je n’avais pas conscience de la précarité de nombreuses familles et ne me rendais pas toujours compte des problèmes qu’elles rencontraient et surtout les conséquences de ces problèmes, depuis mon stage au Rocher.

Pour mon quartier, je souhaite plus de communication de la part des Associations, en lien avec notre Mairie, pour se faire connaître des habitants. Le Rocher a été très accueillant envers moi. Je n’ai jamais été gênée par l’identité catholique de l’association. Pourtant, j’avais de mauvais souvenir d’un stage précédent où les personnes avaient été dans le jugement vis-à-vis de mes pratiques religieuses (port du voile etc) et je m’étais braquée alors que j’aurais dû rester moi-même. Je ne m’attendais pas à me sentir aussi bien sans aucune gêne au Rocher. Ce fut une très belle expérience !

10Mar

Les Eclaireurs de Bondy s’essaient au Rugby 🏉

” L’objectif des Aventuriers, notamment pour les adolescents [Eclaireurs] est de sortir de la cité et de découvrir des nouvelles choses. Cette activité fondée sur la pédagogie du scoutisme permet aux jeunes de se dépasser, dans un cadre qu’ils connaissent et dans lequel ils se sentent bien. En général, dès que le rassemblement avec les autres groupes se termine, nous sautons sur nos vélos et rejoignons des parcs ou forêts proches en suivant le canal de l’Ourcq. Pas à pas, j’essaye de les faire sortir de leurs habitudes. Lors de la dernière sortie, après une petite demi-heure de vélo, nous avons rejoint le bois de Sevran. Arrivés dans un grand espace vert, B. le plus âgé du groupe me demande si j’ai pris un ballon. Ils sont heureux d’apprendre que j’en ai pris un dans mon sac. Je sors alors un vieux ballon ovale… Sacrilège pour des jeunes pour qui le football est une deuxième religion. Quelques visages se ferment, les flemmes se réveillent et des douleurs soudaines apparaissent. « J’aime pas le rugby, de toute façon je joue pas, c’est nul » me lance M. en s’allongeant sur l’herbe. Après quelques minutes de discussion, deux équipes se forment et le match commence. Nous jouons tous ensemble sous un grand soleil et profitons du parc. À la fin du goûter, avant de repartir sur nos vélos, le même M. me regarde et me dit avec son large sourire : « En fait le rugby c’est dar ! ».
J’aime ces moments privilégiés avec les Éclaireurs. Je découvre plus ces jeunes que je vois souvent au Rocher pour l’aide aux devoirs. Ils sont pleins de bonne volonté et avide de nouvelles découvertes. Parfois, il suffit simplement de leur donner les moyens pour qu’émergent les qualités. Il faut de temps en temps leur redonner confiance en eux et les mettre en valeur. Finalement, c’est parce que je les aime que j’ai cette volonté de les faire grandir.”

Jean-Baptiste, en Service civique à Bondy

1 2 3 16

Articles récents

2 semaines de vacances bien remplies à Grenoble !

1ère semaine Après un chouette samedi « Grand Jeu de Pâques », au Parc Bachelard, juste à côté de Mistral, nous avons décidé de ne pas nous mettre trop de pression pour ces vacances réinventées à J-3 ! Lundi en équipe « classique » : réunion pour préparer les 15 jours à venir, dej d’équipe, grosse session ménage et courses / […]

Etre adjoint d’antenne au Rocher

« En tant que jeune diplômé, être adjoint au Rocher depuis septembre me fait grandir autant humainement que professionnellement. Les missions qui me sont confiées au quotidien sont variées, ce qui me permet de continuer à développer des compétences nouvelles à mettre au service de ce beau projet. Le lien étroit existant et la confiance que […]

Témoignage de Constance, Service civique à Paris

Après avoir suivi une formation de Philosophie en Suisse, je suis actuellement étudiante en deuxième année de « Conduite de Projet Humanitaire ». Mon service civique de 6 mois à l’antenne du Rocher de Paris X me valide un stage dans mes études. M’associer avec le Service Civique est une manière pour moi de servir mon pays. […]

Aller à la barre d’outils