En mission dans les quartiers sensibles.

Actualités

Actualité récente du Rocher

28Fév

Formateurs formés !

Une des activités-phare du Rocher de Marseille cette année est l’Atelier socio-linguistique, plus communément appelé cours de français. Nous n’avons pas moins de 40 inscrits les mardi et/ou jeudi après-midi.

Ces ateliers accueillent des participants de tous niveaux. Certains viennent se familiariser avec la langue, d’autres la pratiquer, d’autres encore en découvrir l’écrit. Un thème est proposé pour une ou plusieurs semaines ; et il est traité sous diverses formes d’activités ludiques et pratiques.

Mi-février, les bénévoles du Rocher de Marseille (accompagnés de ceux de Toulon-La Beaucaire) se sont réunis pour une formation sur les Ateliers socio-linguistiques. Le but ? Vous l’aurez compris… Apprendre à apprendre le français… Vaste programme !

Ce fut l’occasion de partager nos expériences et bonnes pratiques, de découvrir de nouvelles méthodes d’apprentissage et de repartir avec plein d’outils !

Il nous a été rappelé les trois phases indispensables à l’apprentissage d’une langue : la phase de découverte puis celle d’appropriation puis la phase d’expérimentation de la langue. De quoi faire gagner nos participants aux ateliers en autonomie, nécessaire à une bonne intégration dans un nouveau pays.

Merci à Sandrine de l’association du RaDyA pour ses précieux conseils !

Après ces trois jours passés dans la joie et la bonne humeur, les formateurs formés repartent très motivés pour animer les prochains ateliers !

28Fév

Tour de France 2019-2020 pour les primaires marseillais

Chaque mercredi matin, les enfants du primaire rejoignent le Rocher pour un temps d’accompagnement à la scolarité puis d’activité.

Cette année, ils ont entrepris un grand tour de France ! Chaque semaine, les volontaires les embarquent (sans quitter les locaux bien sûr..!) dans une nouvelle région dont ils découvrent (outre l’existence, parfois !!) la géographie, l’histoire, la culture, la gastronomie etc. Les enfants sont toujours très attentifs et avides d’en savoir plus.

A l’issue de la présentation, il leur est proposé différentes activités ludiques et manuelles.

Ces derniers temps, les enfants ont mis le cap sur l’est et ont fait escale à Reims, la « cité des rois ». Ils ont -entre autres- découvert l’histoire de la cathédrale et du sacre de Clovis. S’en est suivie, en petits groupes, une réalisation d’une cathédrale en Kapla, dont vous avez ici un exemple !

19Fév

Bondy à la découverte de la Normandie !

Nous étions 27 personnes à partir pour 4 jours mi Février respirer l’air frais de la Normandie, à l’Abbaye de Soligny-la-Trappe. Nous avons profité de la visite du musée de la Comptesse de Ségur pour encourager les enfants à s’inspirer de l’univers des « Petites Filles Modèles » !

Puis petits et grands ont été au contact d’animaux dans la ferme pédagogique et certains chanceux ont même eu la chance de les nourrir ! Nous avons également profité de ces quelques jours à l’air pur pour faire de longues balades en forêt, permettant à tous de s’émerveiller de la beauté de la nature. Pour beaucoup ce fut une grande première, comme Oifa qui s’est exclamé « La nature c’est plus beau que les jeux vidéos !».

On en a aussi profité pour passer un moment de qualité entre femmes, sans enfants, lors d’une partie de bowling endiablée ! Quant aux hommes, ils ont pu se défouler lors d’une partie de rugby et séance de tir à l’arc dans les champs. Après ces journées bien remplies, les veillées étaient de vrais moments de détente grâce à de nombreux petits jeux et sketchs.

Ce petit séjour s’est terminé à merveille le dernier soir, avec un grand repas crêpes et une soirée festive, animée par les enfants et ponctuée de nombreux fous rires !

86269957_2484642965120507_6494214113189691392_n
86610556_2484642958453841_5752819598743306240_n
86730298_2484643048453832_2139281050738622464_n
86826076_192505595322783_6424482802288295936_n
86969875_145930149836345_316394611310329856_n
86800290_816253105515677_7974545110824124416_n
86970297_2516511441951563_588074498490630144_n
86970092_172185980890446_683116408149639168_n
86663454_2484643101787160_6120321129715335168_n
86806616_183540279624875_4955346495176966144_n
17Fév

La fraternité entre chrétiens et musulmans, c’est possible !

Ce mardi 11 février, nous avons vécu une rencontre inspirante à La Maison Des Familles – Les Buissonnets. Nous avons accueilli deux amis pour un temps d’échange avec les parents autour d’un café : Guy DANIEL, prêtre spiritain et Mohsen N’GAZOU, imam et directeur d’un collège musulman de notre quartier. Chacun, dans son parcours de vie, a fait l’expérience de l’hospitalité inter-religieuse. A l’image de la rencontre du Sultan et de Saint François d’Assise il y a 8 siècles, ils nous ont témoigné de la fraternité entre chrétiens et musulmans dans le respect de chacun en France, en Mauritanie et au Liban. Nous pouvons appliquer à notre temps les leçons de cette rencontre profonde, pleine d’humanité et de tendresse.

« Il faut se concentrer sur ce qui nous unis plus que sur ce qui nous divise.
Méfions-nous des groupes extrémistes qui veulent nous séparer
».

« Célébrer les fêtes religieuses permet de se connaître réciproquement. Soyons imaginatifs pour inventer
une façon de faire qui rassemble, notamment en organisant des repas sans viande. 
» déclare Moshen.

« Éloignons nous du syncrétisme, c’est-à-dire une appréciation globale et non différencié de l’Islam et de la foi chrétienne.
Il y a des différences indéniables et en même temps un chemin de dialogue sur lequel chacun de nous peut agir.
 »

Cela fait écho à ce qu’on vit à La Maison Des Familles où chacun est considéré dans toutes les dimensions de sa personne, avec la prise en compte de sa quête spirituelle. L’échange s’est conclu sur cette invitation : « Vivons la fraternité d’abord entre nous dès maintenant. C’est ce qui nous permettra ensuite, de changer les choses dans la société et d’inspirer les hommes et les femmes politiques ».

 

04Fév

L’Etat, partenaire clé pour Le Rocher

Depuis 2008, l’Etat (à travers le CGET, devenu ANCT au 1er janvier 2020), soutient financièrement Le Rocher, tant pour ses activités de terrain dans les quartiers urbains en difficulté que pour le développement de l’ingénierie nationale de l’association.

En 2019, le CGET a souhaité mettre en avant l’action de terrain du Rocher dans les quartiers par un article : “Mixité sociale et proximité : deux facettes du Rocher Oasis des cités”. 

“Cette association repose sur une démarche peu commune : pour encourager la mixité sociale et la proximité avec les habitants, les équipes – étudiants, salariés, bénévoles ou volontaires du service civique – emménagent dans les cités. Ils vivent ainsi parmi les familles auprès desquelles ils interviennent, et construisent leurs actions selon les besoins des habitants, enfants comme jeunes et adultes : c’est le « pouvoir d’aller vers » allié au « pouvoir d’agir ».” 

Découvrir l’article ici !
30Jan

A l’assaut de la montagne !

Lundi 20 janvier 2020, 9h. Nous sommes sur le pied de guerre. Trois grands jeunes bondynois et leurs trois homologues toulonnais mettent le cap sur Briançon pour une semaine de camp ski. Au programme ? Découverte de la montagne et de ses activités ! Pour cela ? Une bonne dose de dépassement de soi !

Nous avons participé à différentes activités : ski alpin, escalade sur glace, visite du centre de secourisme de la gendarmerie, randonnée à ski, balade en raquette avec une nuit dans un refuge. Bref, nous n’avions pas le temps de nous ennuyer.

Pour la grande majorité d’entre eux, c’était la première fois qu’ils enfilaient des chaussures de ski et qu’ils découvraient les sensations de la glisse. Malgré quelques gadins et carambolages, les sourires étaient sur tous les visages. Les autres activités proposées étaient physiquement plus exigeantes, il faillait se dépasser et « jouer collectif » lors de l’ascension des cols de l’Izoard et de Buffère.

Nous avons pu visiter le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne. L’échange avec les deux secouristes, le pilote de l’hélicoptère et le maître-chien nous a ouvert à la complexité de leur travail et au professionnalisme de ces équipes, toujours prêtes à se lancer au secours de personnes en danger.

Après s’être donné et avoir affronté la nature le jour, nous avions bien besoin de nous restaurer et de nous reposer. Au menu ? Mafé camerounais « l’hymne national du pays » pour certains, tajine, lasagne… de quoi bien dormir.

Samedi matin, c’est le départ. Nous avons passé une super semaine. Nous nous sommes rencontrés, nous avons ri … Après ce bon bol d’air, chacun rentre chez soi, avec des souvenirs à raconter, de nouvelles perspectives à esquisser et peut-être de nouveaux chemins à explorer.

NB: ce camp a été possible grâce au généreux soutien de Terres d’Aventure et de 82 400. Nous les remercions de tout coeur !

IMG_3128
IMG_3133
IMG_3155
IMG_3193
IMG_3220
IMG_3239
IMG_4394
IMG_20200121_092551
IMG_20200121_101421
IMG_20200121_102053
IMG_20200121_110115
22Jan

Le Rocher de Bondy soutenu par SFR

En présence de Jean-Claude Brier, Délégué Régional Île de France Altice France-SFR, et de Mayeul , le responsable de l’antenne de Bondy

La Fondation SFR soutient Le Rocher Oasis des cités

L’engagement en faveur de l’égalité est au cœur de l’identité de SFR et de sa Fondation qui concentre son action sur l’inclusion numérique et la réussite professionnelle des jeunes issus de milieux modestes. Grâce à un triple mécénat en nature, financier et de compétences, la Fondation SFR, créée en 2006, a déjà soutenu plus de 1 000 projets et a reversé aux associations partenaires plus de 14 millions d’euros au titre du mécénat financier.

L’implication personnelle des salariés de SFR est le socle de l’action de la Fondation. Ceux-ci s’engagent de trois manières : le parrainage d’une association, le tutorat et le mécénat de compétences.

Ainsi, grâce au parrainage par un salarié de SFR, Le Rocher Oasis des cités a reçu une dotation de 5000 euros.

 

Le programme anti-déccrochage

Afin d’encourager la réussite scolaire, elle propose un programme anti-décrochage global basé sur la proximité et la confiance. Le besoin d’accompagnement est d’abord identifié par la famille, l’établissement scolaire ou les travailleurs sociaux. Puis, l’accompagnement s’articule autour de deux axes majeurs et complémentaires :

  • un accompagnement à la scolarité en semaine : aide aux devoirs, apprentissage des fondamentaux, comportement scolaire, projet professionnel, confiance en soi etc.
  • des activités extra-scolaires (jeux, sorties, camps…) afin d’établir une relation globale intégrant la dimension ludo-éducative et d’acquérir d’autres savoirs.

A propos de Altice France – alticefrance.com

Altice France est le premier acteur de la convergence entre télécoms et médias en France.

A travers SFR, 2ème opérateur français, Altice France est un acteur incontournable des télécoms au service de 22 millions de clients. Doté d’un réseau en Fibre optique (FTTH / FTTB) de 14,7 millions de prises éligibles, SFR couvre également 99 % de la population en 4G.

SFR dispose de positions d’envergure sur l’ensemble du marché, que ce soit auprès du grand public, des entreprises, des collectivités ou des opérateurs.

Altice France est également un groupe médias de premier plan avec 15 chaînes de télévision, 2 radios, des titres de presse, autour de marques emblématiques telles que BFM, RMC, Libération ou encore L’Express.

Que ce soit à travers son kiosque numérique, son portefeuille de droits sportifs, la production, le financement ou l’achat de contenus originaux et exclusifs, Altice France invente de nouveaux modèles d’édition et de distribution ouverts à tous.

En 2018, Altice France a réalisé un chiffre d’affaires de 10,2 milliards d’euros.

Pour suivre l’actualité du groupe sur Twitter : @AlticeFrance

20Jan

Un besoin, la providence, un projet, une concrétisation !

Besoin : Nous nous sommes rendu compte que n’avons rien à proposer aux collégiens… Est-ce judicieux de ne plus accompagner personnellement ces garçons à cette période importante de leur vie ?

Providence : Une équipe de scouts nous contacte pour proposer ses services au Rocher mais sans savoir quoi.

Idée : «et si on mettait les scouts et les jeunes du Rocher en lien ?! »

Concrétisation : Une première journée pour faire connaissance autour d’un foot puis d’un basket. Puis suite aux désirs des jeunes c’est en forêt que nous partons un dimanche après-midi ensoleillé ! Quel bonheur de voir Marcos, Paulin et Gabriel partir dans tous les sens dans la forêt. Oui la nature leur manque !! Des étoiles apparaissent dans leur regard quand les scouts leur apprennent à couper du bois pour préparer le parcours du combattant de l’après-midi ! Durant ce parcours inhabituel ils ont été confrontés à leurs limites et ont été fiers de les dépasser !

Ce n’est qu’un début, nous espérons pouvoir agrandir ce groupe et concevoir une réelle progression pour accompagner au mieux les jeunes et les faire grandir.
Merci les gars pour cette journée, pour vos sourires et votre motivation !

 

20Déc

Vivre la nature au cœur de Paris

14h30 nous sautons dans le métro, direction le parc Monceau. Là-bas, César nous attend. Il met Vercingétorix et les gaulois au défi de relever 12 épreuves. Si nous parvenons à les relever alors il laisse la Gaule tranquille, sinon il l’envahira. C’est ainsi que par petit groupe de 4 enfants gaulois et 1 animateur, nous allons de défi en défi grâce à un jeu de piste, découvrant par la même occasion ce magnifique parc parisien.

Après avoir réalisé une potion magique pour travailler leur gout, ils ont appris à avancer dans le noir guidé par leurs coéquipiers pour améliorer leur ouïe. Afin de tester leur équilibre, ils ont dû se passer une balle sans la faire tomber lors d’un relais. Et une mise en scène théâtrale a finalement permis d’évaluer leur talent d’acteur !

Avec ces petits groupes non mixtes, les filles ont pu avancer à leur rythme en chantonnant et sautillant tandis que les garçons courraient et criaient davantage ! Grâce à ce travail d’équipe, César est reparti bredouille. Remerciez nos valeureux gaulois, vous êtes désormais en sécurité !

WhatsApp Image 2019-12-18 at 21.01.15
WhatsApp Image 2019-12-18 at 21.01.19
Sortie Monceau
20Déc

Aux fourneaux !

Une semaine avant Noël, les enfants de l’accueil de loisirs du Rocher de la Beaucaire ont enfilé leurs plus beaux tabliers pour confectionner des sablés de Noël. Oeuf, farine, beurre et sucre se retrouvent bien vite mélangés dans un saladier par nos apprentis cuisiniers. C’est ensuite le moment de donner des formes aux sablés.

Tous s’appliquent et donnent le meilleur d’eux-mêmes !

Une douce odeur de sablés flotte dans le Rocher, la dégustation approche !

Joyeux Nöel à tous !

IMG_2117
IMG_2118
IMG_2119
IMG_2125
IMG_2127
IMG_2138
IMG_2150
16Déc

Quand M. Castaner vient voir nos quartiers de l’intérieur 📌

À trois reprises depuis cet été, Le Rocher a rencontré le Ministre de l’Intérieur, M. Castaner, accompagné par d’autres représentants de l’État, lors de visites dans des quartiers où Le Rocher est implanté. 

À Toulon en juin, à Marseille en septembre et enfin aux Mureaux fin novembre, les équipes du Rocher ont pu présenter notre mission et échanger avec le Minsitre sur l’importance de la rencontre personnelle pour apprendre à vivre ensemble en France, aujourd’hui.

Ces visites nous encouragent à poursuivre la mission du Rocher. Elles confirment l’urgence de répondre à la crise des banlieues et la pertinence de la présence du Rocher dans ces quartiers, comme nous l’a confié Mme Belloubet, à Marseille : ” Je crois beaucoup à ce que vous faites au Rocher, au suivi individualisé. C’est un travail de dentelle “, ou un  institutionnel « vous êtes une proposition alternative qui apporte de la respiration à ces quartiers ».

Ces rencontres portaient sur des thématiques diverses telles que la lutte contre le communautarisme, la prévention de la délinquance et le ‘vivre ensemble‘.

Geoffroy, responsable du Rocher de Marseille a présenté en quelques minutes ce qu’il vivait au Rocher, retrouvez son allocution au Ministre de l’Intérieur ici.

06Déc

« De vrais liens peuvent se construire entre des horizons si différents » – Témoignage de Tang

Âgé de 24 ans et issu de la campagne brabançonne, Tanguy vient de terminer un cursus de cinq années de bio-ingénieur à l’Université Catholique de Louvain (UCL). Avant d’intégrer le monde professionnel, Tanguy a décidé de s’engager un an au sein du Rocher Oasis des Cités. Il nous témoigne de ce qu’il vit depuis sa mission aux Mureaux (France – 78).

 

Pourquoi t’être engagé au Rocher ?

Mes dernières années ont notamment été marquées par une expérience de scoutisme dans l’unité des Marolles. Il s’agit d’une unité scout particulière, au centre du quartier populaire de Bruxelles. La rencontre avec ces familles précarisées, oubliées au cœur de Bruxelles, m’a profondément bouleversé. Comment expliquer qu’un monde si différent du mien existe à deux pas de chez moi, sans que je ne sois jamais amené à le côtoyer ? Comment expliquer cette indifférence réciproque ? Comment expliquer cette violence intrinsèque qui subsiste dans ces ghettos, sans que personne ne s’en inquiète ? Et surtout, que pouvons-nous faire pour lutter contre ce communautarisme qui fracture tous les jours un peu plus notre société ?
Le Rocher a fait ce pari fou d’installer des personnes issues de milieux favorisés au milieu de cités désertées par celles-ci pour venir vivre avec les habitants. Cette reconnexion est essentielle si nous voulons vivre en paix dans les années à venir.

 

Pourquoi t’engager en France durant 1 an ?

L’idée n’est pas tant de s’engager une année que de se mettre dans une disposition de service, qui je l’espère perdurera après cette année au Rocher. Tout l’enjeu réside précisément dans l’«après-Rocher », où il faudra trouver une manière de concilier vie professionnelle, vie de famille et service. J’espère trouver ici certaines clés qui me permettront de ne pas perdre de vue cet objectif.
France ou Belgique, c’est du pareil au même, il s’agit d’une mission de proximité. Ici, aux Mureaux, nous sommes à seulement 30 km de Versailles, et à 40 km de Paris, et pourtant, nous vivons dans un monde différent. Les cités, ce ne sont pas des concepts lointains et abstraits. Il s’agit d’une réalité très concrète, avec ses violences cachées et ses fonctionnements propres, et surtout avec ses habitants souvent cabossés, que l’on ignore trop souvent. Ces gens sont nos voisins, nous sommes tous concernés par ce qui se passe ici. Il s’agit d’une véritable responsabilité que nous avons, en tant que belges ou français, de nous intéresser à ces voisins.

 

Quel est ton quotidien ?

Notre quotidien n’est jamais celui que nous avions préparé, car la porte du Rocher est toujours ouverte. Par conséquent, le programme prévu peut rapidement être transformé en écriture de CV ou de lettre de motivation, en visite chez telle ou telle personne qui a besoin d’une présence, ou en l’un ou l’autre traquenard auquel nous avons consenti.
De nombreuses activités fixes agrémentent nos semaines. Aide aux devoirs quotidienne, cours de théâtre avec certains jeunes de la cité, en vue de monter une pièce en fin d’année, les cafés philo qui permettent de vraies rencontres, totalement horizontales entre gens de tout bord, dans un climat d’écoute bienveillante, ou encore les sorties Aventuriers, sorte de scoutisme adapté à la réalité des cités, sont autant d’exemples des pépites qui parsèment cette magnifique mission.

 

Comment vis-tu ta mission ?

Difficile de répondre à cette question tant les émotions s’entremêlent. Ce qui est sûr, c’est que je ne vis pas ce que j’imaginais vivre. Je suis arrivé avec de nombreuses attentes et idées préconçues qui se sont avérées être complètement à côté de la plaque. Je suis étonné de voir à quel point de vrais liens peuvent se construire entre des horizons si différents. Même si nous rencontrons de nombreuses personnes dont la vie est loin d’être facile, et que le contexte des cités est propice à de nombreuses souffrances liées à la violence, à la drogue, à la pauvreté culturelle, ou aux difficultés d’intégration, nous ressortons tous les jours grandis par nos rencontres, et remplis d’espérance. Mais il est sûr que cette mission est éprouvante au niveau personnel, car nous sommes sans cesse confrontés à nos limites.

 

Le slogan du Rocher est ‘Oser la rencontre, choisir l’espérance’ signifie ‘la rencontre’ pour toi ?

Au Rocher, nous avons la chance d’habiter la cité, de l’habiter pleinement, dans le sens de « demeurer », et cela change complètement la dynamique de rencontre dans laquelle nous sommes. Nous ne sommes pas là pour « aider » des gens de manière impersonnelle, mais pour rencontrer nos voisins, pour vivre avec eux, et à partir de là, co-construire. Nous avons l’impression de rencontrer vraiment les habitants, car les relations sont bâties sur le long terme, et de manière désintéressée.

 

Au regard de ce que tu vis au Rocher, que désires-tu pour ton pays ?

Le cas de la Belgique semble fort différent de la France, en ce sens que l’immigration s’est installée en centre-ville (en ce qui concerne Bruxelles) tandis que dans les grandes métropoles françaises, les cités se sont créées en périphérie, dans ce que l’on pourrait qualifier de ghetto (le mot est fort, mais il s’agit cependant de la réalité). Les problématiques sont donc différentes, car en Belgique, le brassage est tout de même un peu plus présent qu’en France, simplement en raison du contexte urbain.
Il est certain que la mondialisation touche autant la Belgique que la France. Que celle-ci soit souhaitable ou non n’est pas la question, il s’agit du contexte dans lequel nous évoluons, et dans lequel nous continuerons d’évoluer dans les décennies à venir. Puisque nous sommes habitants d’un même pays, et que nous vivons ensemble, il est certain que je souhaite que cette cohabitation se fasse le plus sereinement possible. En vivant aux Mureaux, j’expérimente concrètement que cela est possible.

 

Quelque chose à ajouter ?

Nous sommes plusieurs à avoir été très touchés par de nombreux messages de soutien de nos proches, mais aussi souvent de la part des moins proches. Merci à tous pour vos soutiens moraux ou financiers, sans quoi le Rocher ne pourrait pas exister. Et surtout, n’ayons pas peur ! Osons la rencontre avec ceux que nous sommes frileux de rencontrer, cela ne peut être que fécond !

28Nov

S’engager à se rencontrer

Afin d’accompagner les jeunes vers l’insertion sociale, citoyenne et professionnelle, Le Rocher organise régulièrement des sorties visant à leur transmettre les codes de la vie professionnelle, leur faire découvrir la société et ses rouages. Voici deux exemples, avec les jeunes de Bondy.

Partenariat avec le Groupe Servier
Depuis plusieurs années, le groupe pharmaceutique Servier est un de nos partenaires de confiance. En 2018, nous leur avons proposé un projet spécial, autour de la musique et la création d’un clip musical. 7 salariées du groupe sont ainsi venues à 4 reprises dans nos locaux, et plus spécialement à Ribat, dans notre local dédié à l’insertion : rencontre, réflexion autour du projet, écriture du texte, tournage du clip avec 7 grands jeunes de Ribat… Ce beau projet a été présenté au sein des locaux du Groupe Servier, lors de sa journée de l’engagement, en décembre,
devant près de 300 collaborateurs. Cela a ensuite été l’occasion de découvrir les métiers du groupe, les procédés de fabrication d’un médicament – de la recherche jusqu’à sa commercialisation. Une collaboratrice Servier témoigne : « C’est un moyen plus qu’original et très concret de mettre en pratique cette rencontre qu’il faut oser ». Les jeunes ont eux aussi été ravis de cette journée et nous ont confié : « Ça me permet de sortir du quartier, de ma zone de confort » ou encore « On a pu découvrir de nouveaux secteurs, de nouveaux métiers, des choses qu’on n’aurait pas pu découvrir autrement ! ». Cette rencontre entre deux mondes qui ne se connaissent pas a été source d’enrichissement mutuel et un beau signe d’espérance.

A la découverte des lieux de la République
Le 11 juillet dernier, 10 jeunes ont participé à un grand jeu de piste dans Paris : énigmes, jeu et questions ont
orienté les 2 équipes vers les différents points de rencontre, auxquels elles devaient se rendre par leurs propres moyens. Le premier enjeu de cette journée était la mobilité, facteur essentiel pour une recherche d’emploi, en partant du Rocher de Bondy pour finir au Trocadéro. Les jeunes ont ainsi pu découvrir des lieux emblématiques de la République, tel que l’hôtel de Matignon, l’Élysée, la Mairie de Paris, la préfecture de Paris et d’Île-de-France, dans le 15e arrondissement – où ils ont été reçus par des hauts fonctionnaires – en passant par le jardin du Luxembourg pour quelques épreuves sportives. La journée s’est terminée par un repas convivial sous la tour Eiffel.

26Nov

Les vacances de la Toussaint à Bondy

Le Rocher n’est jamais en vacances ! Les matinées étaient dédiées à l’approfondissement scolaire des enfants les plus en difficulté et des animations de rue avaient lieu toutes les après-midi avec une vingtaine d’enfants. Nous terminions nos journées par des visites à domicile, des moments de qualité autour de poulet-frites, couscous, thiebs ou mafés à toute heure !

Les samedis après-midi Le Rocher s’est transformé en un immense foyer accueillant une cinquantaine d’enfants de tous âges et quelques parents. De nombreuses parties de jeux de société endiablées ont eu lieu, ainsi que des tournois très animés de Baby foot et Ping Pong. Pendant ce temps, d’autres enfants cuisinaient de nombreuses crêpes qui ont été partagées par tout ce petit monde au moment du goûter.

Nous avons aussi eu la chance d’organiser 2 sorties ! Le dimanche 27 octobre, c’est un groupe d’une cinquantaine de personnes qui est parti au château de Fontainebleau célébrer la fête de la St Hubert (fête de la chasse). Ce groupe, en partie déguisé, était composé de familles, enfants, jeunes et moins jeunes. Le midi nous avons tous partagé un repas convivial dans la cour du château, lors duquel chacun a pu goûter les plats traditionnels cuisinés et apportés par tous. Lors de la visite, certains étaient si impressionnés par la qualité des peintures qu’ils pensaient que c’étaient des photos !

Le vendredi 1er Novembre, après avoir célébré la Toussaint avec la paroisse, nous sommes sortis sur Paris avec une douzaine de collégiens pour aller voir le spectacle “Mr. Barnum, Le rêve d’un cirque”. Ce spectacle, réalisé par une troupe de comédiens, acrobates et artistes amateurs, est le fruit d’un projet associatif avec un objectif semblable à celui du Rocher: créer des ponts entre la société et des personnes marginalisées et élever au Beau. Les jeunes, qui ne sortent que très rarement de Bondy, étaient ravis de découvrir autre chose et de passer un moment de qualité entre  eux.

75485956_1364438273933600_860277100370722816_n
75453525_916587465390075_3822914041861373952_n
75402043_546899802522711_7456888774404866048_n
75223700_2453752031410339_5805650350773895168_n
75262062_675935962815405_1865813516565348352_n
74829583_2412679425648540_6557442426993115136_n
74340107_493185774742880_26100348754067456_n
69777684_2819338621424206_3390833004669566976_n
22Nov

Prêts à sauver des vies !

Le 21 novembre dernier, nous nous sommes formés aux gestes qui sauvent à La Maison des Familles.

Un projet qui a nécessité 6 semaines de préparation : organiser le déroulement de la journée, rechercher des financements, identifier le formateur, gérer les inscriptions, faire face à l’imprévu et s’occuper des enfants 0-3 ans pour que chaque parent puisse suivre la formation l’esprit libre. Résultat : 13 nouveaux citoyens actifs pour protéger, alerter et secourir !

Merci à tous les participants et particulièrement à Patrice notre formateur ( sapeur pompier )

19Nov

DE BONDY À L’ORÉAL

Arrivé en France, à Bondy, en 1999, Jaurès Tchofa, 27 ans, a passé son bac Sciences et Techniques de Laboratoire, fait un BTS puis une licence professionnelle. S’il est aujourd’hui technicien-chimiste chez L’Oréal à Saint-Ouen, c’est grâce à sa détermination et à l’appui du Rocher qui l’a soutenu tout au long de son insertion.

Depuis quand connais-tu Le Rocher et Ribat ?
J’ai connu Le Rocher vers l’âge de 15 ans, en traînant dans mon quartier Nord de Bondy. Les garçons que je fréquentais m’y ont emmené. À partir de là, je suis régulièrement passé à l’antenne. Par la suite, j’ai participé à la fondation de Ribat, en 2012.

Quelle est l’intuition de Ribat ?
Nous avions déjà un accompagnement au Rocher, mais Ribat nous a permis d’avoir une structure spécialement dédiée à nous, jeunes du quartier, avec un local à part et un accompagnement spécifique. Nous n’étions plus mélangés avec les plus jeunes ou avec des adultes – aux problématiques différentes. C’est un endroit où l’on peut se retrouver entre jeunes, pour échanger, s’entraider. Le Rocher-Ribat permet de mettre en avant les capacités de chacun, ses points positifs et ses traits de caractères comme le leadership, le partage, la curiosité de découvrir des centres d’intérêt autres que ceux que nous offre le quartier, etc.

Comment Le Rocher, et plus tard Ribat, t’ont-ils accompagné ?
Je devais trouver un stage afin de valider mon BTS, mes pistes n’aboutissaient pas. Le Rocher m’a mis en contact avec L’Oréal à Aulnay et m’a aidé à réaliser mon CV. Grâce au Rocher, j’ai réalisé ce premier stage qui a été une étape décisive : première fois que j’étais confronté au métier auquel je me formais et de plus dans un grand groupe, ce qui ajoute une pression positive : je devais montrer ce que je valais dans mon activité, dans ce milieu-là, je devais me défendre en tant que “jeune des banlieues”, prouver que j’étais aussi compétent qu’un autre, qu’on pouvait compter sur moi. Par la suite, cela m’a permis d’intégrer d’autres entreprises prestigieuses : Hermès, Sisley…
Depuis un an, je travaille à nouveau chez L’Oréal. Le Rocher a été la rampe de lancement pour ma carrière. Le fait d’avoir un travail m’a permis de voir plus grand et plus loin dans mes projets professionnels et personnels, de ne plus avoir peur des responsabilités, et de gagner en compétences.Par ailleurs, je suis parti vivre pendant 3 mois en Irlande après ma licence pour améliorer mon anglais, grâce au Rocher-Ribat qui m’a mis en relation avec la mission locale, afin d’intégrer le cursus Érasmus dans mon projet professionnel et personnel.

Quelle est la plus-value de l’accompagnement du Rocher ?
Le Rocher est partie intégrante de la vie quotidienne des habitants qui fréquentent ses antennes. L’association a un volet éducation pour les enfants, un volet accompagnement pour les adultes, et est en train de développer un volet autour de la question d’insertion des grands jeunes, avec un accompagnement spécifique à leur âge, à leurs problématiques, besoins et envies. Ainsi, Le Rocher-Ribat a été construit par nous, grands jeunes de Bondy Nord, avec ce que nous a donné Le Rocher : il est donc calqué, construit d’après nos besoins. Avec une structure comme Ribat, le jeune n’a pas à se “couler dans un moule” ou suivre un modèle, mais plutôt à bâtir son propre chemin à partir de ce qu’il est. Quels sont tes meilleurs moments avec Le Rocher et Ribat ? Je garde un bon souvenir des rencontres avec les entreprises : j’ai par exemple eu la chance de découvrir un campus de la BNP-Paribas. Ces moments m’ont permis de côtoyer des personnes d’horizons et milieux différents, ce qui est toujours très enrichissant. Une des rencontres qui m’a le plus marqué est qu’une cadre haut placée chez McDonald’s nous a invité chez elle, à Paris pour le déjeuner : cette femme avec un gros poste a invité des petits jeunes du quartier chez elle gratuitement ; elle ne nous connaissait pas et nous a reçus comme des proches, seulement parce qu’elle croyait en notre projet et souhaitait nous soutenir. Ça a été un beau moment d’échange.

Quelles relations entretiens-tu avec Ribat aujourd’hui ?
Lors d’événements ou réunions, j’essaie toujours de me rendre disponible et de passer. Cela me permet de cultiver le besoin de partager, d’échanger ce que j’ai reçu, du monde de l’entreprise ou d’ailleurs, comme du milieu artistique. Plus jeune, j’ai fait partie d’un groupe de rap, qui a eu un impact fort sur le quartier et sur la ville de Bondy en général : quand l’un de nous s’exprime au niveau musical, les plus jeunes qui nous ont écoutés, tiennent compte de notre parole ; ma situation autant professionnelle que musicale motive mes petits frères et rend fiers mes parents.

12Nov

La Beaucaire se jette à l’eau !

10h, pendant les vacances de la Toussaint. 6 enfants, armés d’un maillot et d’un bonnet de bain se retrouvent au Rocher. Comme chaque matin, ils suivent des cours de natation grâce au dispositif “J’apprends à nager”, un dispositif ministériel citoyen. Le van s’éloigne en direction de la piscine. Quels exercices va-t-on faire aujourd’hui ? Un parcours dans le petit bain ou des longueurs dans le grand bain on n’a même pas pied ? Rapidement les enfants se changent et retrouvent ceux du Rocher de Ste Musse. C’est l’occasion de découvrir l’autre Rocher de Toulon et de se faire de nouveaux copains.

Les maitres nageurs expliquent l’exercice du jour et tous (volontaires y compris !) se jettent à l’eau. Ramasser les anneaux au fond de la piscine, passer sous ou sur les tapis flottants, nager en soufflant dans l’eau, parfois même sans frite, descendre grâce au toboggan dans la piscine et passer dans les cerceaux sous l’eau, faire l’étoile de mer sur le ventre et sur le dos, les exercices s’enchaînent. Tous s’appliquent et font de leur mieux.

Les progrès sont visibles de jour en jour. Ceux qui avaient un peu d’appréhension en début de semaine nagent maintenant comme des poissons, et avec le sourire en plus ! Chacun se surpasse !
A la fin des 9 séances, chacun reçoit un beau diplôme de la Fédération Française de Natation correspondant à ce qu’il sait faire, ainsi que des lunettes de piscine et une photo souvenir, le tout offert par le Rocher. A eux maintenant d’y retourner avec leurs familles pour continuer à progresser !

74270811_2437126299893792_1130332283027324928_n
IMG_0622
IMG_0616
IMG_0610
IMG_0605
21Oct

Le Rocher des Mureaux s’attaque aux 20 kilomètres de Paris

Tout semblait pourtant aller lorsque le « boum » de départ résonna aux oreilles des neufs athlètes qui arboraient fièrement le logo du rocher sur leur dos, ou du moins, rien ne laissait supposer que seul six d’entre eux passeraient la ligne d’arrivée des 20 kilomètres de Paris sans accroc.

Dans l’optique de donner de la visibilité à l’association, la fine équipe s’était préparée patiemment à la mesure du temps qu’elle avait à disposition. C’est donc en toute confiance qu’elle s’élança en cette chaude matinée du 12 octobre. Au fil de la course, quelques « eh le rocher ! » vinrent redonner de la force aux courageux athlètes qui continuaient tant bien que mal leur parcours sous un traître soleil de mi-octobre. Après cinq kilomètres, les premières victuailles permettent de ne pas réaliser qu’il en reste encore Quinze, puis Quatorze, Treize, Douze, Onze, Dix… Neuf, les jambes deviennent lourdes, mais il faut continuer… Huit … Sept … allez encore un effort … Autour d’eux, de plus en plus de gens marchent, et nombreux sont les athlètes allongés sur le côté, surpris par l’improbable chaleur… Six… bientôt les victuailles… Cinq, un premier membre de l’équipe lâche, à cause d’une foulure de côte… Quatre… On y arrivera… Trois… Une équipière s’effondre, mais fort de sa persévérance, se relève, retombe, se rerelève, titube, et tombe une dernière fois… Avant de se réveiller quatre heures plus tard aux urgences de Boulogne. Le reste de l’équipe continue, sans se rendre compte des événements… Deux… Les derniers kilomètres n’en finissent pas, les chapelets s’égrènent pour tenir le coup. Un… Un dernier athlète s’effondre à son tour… Il se relèvera trois quarts d’heure plus tard, armé de sa seule volonté pour franchir la ligne d’arriver, à pieds…

Ceux qui restent se retrouvent chez la sœur d’un membre du Rocher, accueillis comme des princes avec un délicieux Parmentier de canard qui nous redonne les forces nécessaires pour terminer la journée… Et pour poursuivre la mission, augmentés de la fierté, tintée sans doute d’une pointe d’orgueil, d’avoir accompli cette gratifiante épreuve.

MERCI DE TOUT CŒUR A TOUS CEUX QUI NOUS ONT SOUTENU !!!

1 2 3 11

Articles récents

COVID 19 : L’appel du Rocher

Crise sanitaire du COVID 19 – Le Rocher mobilisé

Formateurs formés !

Une des activités-phare du Rocher de Marseille cette année est l’Atelier socio-linguistique, plus communément appelé cours de français. Nous n’avons pas moins de 40 inscrits les mardi et/ou jeudi après-midi. Ces ateliers accueillent des participants de tous niveaux. Certains viennent se familiariser avec la langue, d’autres la pratiquer, d’autres encore en découvrir l’écrit. Un thème […]

Aller à la barre d’outils