En mission dans les quartiers sensibles.

Actualités

Actualité récente du Rocher

23Nov

Atelier sociolinguistique à Marseille

Chaque mardi, une vingtaine de femmes et un homme (!) viennent au Rocher apprendre le français. Ils sont entourés de 8 personnes, membres de l’équipe et bénévoles (dont une femme syrienne parfaitement bilingue arrivée en France il y a 3 mois !) et répartis en groupes de niveau. Certains ne parlent et n’écrivent pas du tout français voire sont analphabètes, d’autres ont des notions, d’autres encore le parlent bien mais ne savent pas lire ni écrire.

Cet atelier est un beau moment studieux et fraternel, basé sur l’entraide et la transmission de connaissances. Les participants sont heureux, leurs accompagnateurs tout autant !

Une grande sortie culturelle sera organisée le mardi 18 décembre avec le groupe pour passer un bon moment ensemble avant les vacances de Noël.

Atelier socio 2
Atelier socio
19Nov

Week-end rando 🌲🍁🍂

Pendant les vacances, petite virée rando: cap sur l’Ain !

Accompagnés de Madjid, de ses deux filles Maria et Sirine et de jeunes du quartiers: Zizou, Sami, Abdel Malik, Rihda, Chaïma, Amar, Darya, nous avons défié la pluie et les températures automnales (quasi hivernales !). Marche, repas et veillée autour du feu, dodo sous la tente pour les garçons, grand jeu sur les pas de Marcel Magnin – un soldat de la première guerre mondiale de Domsure️ et visite d’un élevage de bovins, rien n’est venu à bout de la joyeuse troupe !

19Nov

Tout le monde à table !

C’est une nouveauté au Rocher de Marseille : tous les mardis, nous ouvrons les portes de l’antenne à tous les habitants du quartier désirant partager un repas. Chacun apporte de quoi garnir la table. C’est toujours un moment fraternel et joyeux qui rassemble des adultes et des enfants, de Campagne-Lévêque ou du quartier, nouveaux visages ou habitués du Rocher.

Mardi dernier, l’ambiance y était particulièrement conviviale : le repas partagé a réuni plus de quinze personnes (une mère et ses trois enfants, un papa sans ses enfants, trois personnes célibataires, plusieurs bénévoles et l’équipe). Ce fut l’occasion de belles rencontres et d’amitiés naissantes entre voisins, de discussions simples et de partages divers.

Nous craignions, au vu du nombre de participants, de manquer un peu de nourriture… mais nous avons été très gâtés : juste avant de se mettre à table, une maman d’un enfant inscrit à l’accompagnement à la scolarité est venue nous apporter un repas complet : viande en sauce, fruits et gâteaux. Elle ne pouvait pas rester avec nous mais venait avec plaisir nous offrir un repas préparé par ses soins.

Cerise sur le gâteau : à la fin du repas, tous les hommes présents ont pris l’initiative de gérer entre eux le rangement et la vaisselle pendant que les femmes buvaient tranquillement leur café. Inédit !

Repas mardi 2
Repas mardi 1
08Nov

A Grenoble, ça roule !

Les sorties aspirants ont repris samedi dernier !

Après les visites à domicile pour inscrire les collégiens à la sortie, nous avons vu arriver le samedi suivant, dans notre antenne de Grenoble, une quinzaine d’ados pleins d’énergie. Certains étaient même présents dix minutes avant l’heure, faisant déjà des tours de jardin à vélo. Pour les accompagner, nous comptabilisons neuf bénévoles (dont un que nous avons tiré du lit une demi-heure plus tôt) et volontaires, ainsi que Gaïd, la femme du responsable d’antenne. Nous partons en tram au local où nous allons récupérer les vélos pour ceux qui n’en ont pas. En chemin, les langues commencent à se délier : « Oh madame, c’est vrai qu’on va devoir porter des casques ? Moi je mets pas de casque, c’est trop moche ! ».

Nous récupérons les vélos et commençons la route pour sortir de Grenoble, sous l’œil amusé des passants, et celui un peu plus agacé des automobilistes, qui n’arrivent pas à franchir notre colonne de vélos pour tourner à droite. Heureusement que Grenoble est connue pour son accueil des cyclistes. A la sortie de la ville, nous nous regroupons selon nos allures respectives, et en route ! Nous suivons l’Isère et admirons les montagnes. D’autres sont occupés à faire la course entre eux ou à se plaindre de leur mal de fesses.

Après un temps interminable ou assez court, selon les coups de pédales et les avis, nous arrivons à la base nautique du bois français. La famille de Gaïd nous rejoint en voiture, et les quartiers libres sont annoncés : on dévore son pique-nique puis on explore les lieux. « Non, Amine, je ne peux pas te laisser te baigner ! Oui je te fais confiance, tu sais nager, mais je suis responsable de toi ! » Un match de kayak-polo se tient sur le lac. Tiens, je ne savais pas que ce sport existait ! On déplie la slack line, les ados accrochent, et même le petit Savio, un an, regarde avec curiosité. Un peu plus loin, Julien 13 ans, discute avec Foucauld, 3 ans. Un match de foot réunit le responsable d’antenne, les volontaires et les collégiens.

C’est le moment du départ. « Ah mais Gaïd, c’est la maman des enfants ! » Ah, oui, on avait peut-être oublié de le préciser plus tôt. Ce sera la perle de la journée. On se remet en route, ça râle moins, et on profite plus du paysage. On se permet le luxe de rallonger le trajet en longeant l’Isère jusqu’à la gare. Finalement, le vélo, ça n’est pas si désagréable ! Le goûter au local du Rocher est très apprécié, pour les volontaires comme pour les ados. Le grand air, ça creuse ! Le fin mot de l’histoire viendra de l’un d’eux quelques jours plus tard : « Hé Blandine, quand est-ce qu’on refait une sortie vélo ? »

CRWY8982
BRFQ3143
HUPI1324
HMNI6987
07Nov

Des vacances au Rocher de Paris

Pendant les vacances, une foule d’enfants assoiffés de savoir vient se presser à la porte du Rocher.

Quel sérieux, depuis le premier lundi jusqu’à la veille de la rentrée ! Espagnol, SVT, maths… Il y en a pour tous les goûts ! Même des puzzles ! Attendez, ça compte pour des devoirs ça ?

Il faut croire que ce programme fonctionne bien, car le vendredi 2 novembre, pour la dernière séance, tous les enfants ont fini leurs devoirs et peuvent attaquer leur rentrée sereinement.

Les après-midi sont plus divertissants : pendant la première semaine des vacances, nous organisons des sorties tous les jours. Animation de rue et concours cuisine, mais aussi chasse au trésor aux Buttes-Chaumont, activités sportives au Parc de la Villette, jeu de piste à Montmartre… Les enfants découvrent avec joie des endroits qui leurs sont inconnus. Et surprenants parfois… Comme cet après-midi passé à la ferme de Tiligolo, au milieu des animaux.

Chaque jour des vacances, une belle énergie jaillit, parfaite pour se réchauffer dans le froid. Les enfants sont ravis, et les volontaires aussi !

C’est drôlement chouette des vacances au Rocher… !

0
1
2
3
4
5
6
7
8
06Nov

A la recherche du petit loup

Les vacances ont permis à la nouvelle équipe du Rocher de Rillieux-la-Pape (la famille Requin enrichie de Marie, Maïlys et Camille arrivées depuis deux mois) d’approfondir ses liens avec plusieurs familles du quartier des Alagniers, notamment en organisant une sortie au parc de la Tête d’Or, à Lyon.

Mamans et enfants nous ont épaté par leurs prouesses physiques à la corde à sauter et à la thèque. Une occasion rêvée pour les mamans de se laisser aller en jouant simplement, et pour les enfants d’admirer ces dernières pour leur goût de l’effort et leur désir de gagner.

Le pique-nique tiré du sac sous le soleil annonçait une belle après-midi tranquille lorsque… Malheur !

Au zoo du parc de la Tête d’Or, un louveteau a disparu ! Quatre suspects sont entendus : Antoinette, la femme de ménage, Henriette la cuisinière, Manuel le gardien et Sonia l’infirmière.

Chaque famille s’est alors soudée pour former une équipe d’investigation de choc ! Celle-ci a du tout d’abord faire preuve de vivacité intellectuelle en résolvant une énigme. Saurez-vous, vous aussi, la résoudre ?

« Quand je mange, je vis, quand je bois, je meurs. Qui suis-je ? »*

Cette première épreuve signait le top départ de l’enquête consistant à interroger les quatre suspects en découvrant un animal-star du zoo et en récoltant des indices grâces à des petits défis sportifs.

Les indices mérités ont permis aux équipes de dépasser leurs instincts accusateurs pour se fonder sur des preuves tangibles.

Bravo à la famille composée de Aïcha, Imed et Chamsou de dévoiler le coupable ! celui-ci portait un chapeau, des lunettes, un tablier et des lacets roses. Vous le trouvez sur la photo? 🙂

Cependant les familles ne sont pas arrivées au bout de leur peine ! Le voleur a caché le petit loup ainsi qu’une somme considérable de pièces : seuls ceux qui réussiraient à décoder un ultime message pourraient les trouver!

Une fois toutes les pièces ramassées et le louveteau retrouvé, chaque enfant a pu partager le butin avec leur maman et camarades.

Le goûter était bien mérité !

 

*réponse : le feu !

30Oct

Le rois de la piste

Nous avons profité des vacances et de la pluie pour faire la fête en famille et passer un bon moment tous ensemble.

Au programme : des crêpes (faites maison), des chansons et de la danse !

Tous les styles musicaux y sont passés : Céline Dion, Maître Gim’s et Kendji n’ont plus aucun secret pour nous …

Une après-midi de joie, de rire, et de convivialité !

A refaire!

26Oct

Visite officielle!

Nous avons eu l’honneur de recevoir Madame la Préfète Déléguée à l’Egalité des Chances, Marie-Emmanuelle ASSIDON, à la Maison des Familles – les Buissonnets, le 25 octobre après-midi.

Cela nous a permis de comprendre l’étendue de sa mission dans les Bouches-du-Rhône et de lui faire part de notre quotidien avec et pour les familles, dans le quartier Saint Louis.

Cette reconnaissance de la part de l’Etat nous encourage à poursuivre notre action !

26Oct

Vacances de la Toussaint pour les enfants aux Mureaux !

Branle-bas de combat : l’affreux Rastacouette a enlevé la princesse Frénégonde et la retient prisonnière, gardée entre les griffes de son dragon maléfique. Mais ici, les valeureux enfants ne sont pas du genre à se laisser faire … Connaissant leur bravoure, le Roi Arthur a donc fait appel à eux pour l’aider à la sauver.

A partir de mardi 23 octobre, les enfants de cités de Bizet, Debussy, la Vigne-Blanche et les Bougimonts se sont tous mélangés pour former 4 équipes. Afin de délivrer la douce, nos valeureux combattants devaient déjà la localiser. Pour ce faire, trouver auprès des elfes des bouts de carte semés aux 4 vents, puis les réunir. Chacun des elfes – 5 au total – avait donc préparé des petites épreuves pour éprouver l’adresse et l’esprit d’équipe. Pyramide humaine, jeu de Kim, ou encore jeu de la radio étaient au programme. Mais ce n’était pas tout : Rastacouette avait aussi envoyé ses redoutables corbeaux pour semer la zizanie dans les équipes pendant leur trajet d’un elfe à l’autre. Bravant le froid et les corbeaux, mus par la bonne humeur et l’envie de sauver Frénégonde, les enfants ont finalement réussi à rassembler la carte. L’équipe des Licornes a réussi en première à réunir les 5 fragments pour les ramener au Roi Arthur.

Prochaine étape : approcher le dragon puis le combattre. Courses en sac, relais, … nul doute que nos jeunes Muriotins viendront à bout de ce dragon, pour défaire Rastacouette et fêter les noces du Roi Arthur avec la Princesse Frénégonde.

Un grand merci aux prépa’ de ND du Grandchamp – Louis, Côme, J-B, et Karell – ainsi qu’à Capucine, Dauphine et Marie-Morgane, sans compter Rachid qui a jonglé en cuisine pour nous procurer de quoi carburer et partager des repas dans l’amitié !

Mureaux 5
Mureaux 4
Mureaux 3
mureaux 2

 

22Oct

Grand camp avec les irreductibles gaulois !

16 juillet 2018. Le grand jour est arrivé ! Les aventuriers juniors de Bondy, des Mureaux et de Toulon La Beaucaire partent en camp, ce moment si attendu dans la vie d’un aventurier junior. Cette année, ils découvrent la Provence dans un village aux confins du Mont Ventoux.

La joyeuse troupe compte 30 enfants, et presque autant d’animateurs. Ensemble ils vont passer une semaine sous la tente, au grand air, hors de la cité et de ses tensions ; un séjour d’aventures et d’émerveillement, indispensable pour des enfants en pleine croissance. L’occasion également, de vivre une page d’histoire tout en s’amusant : un tour des spécialités culinaires gauloises est prévu pour prouver à César que la Gaule mérite de rester libre.

S’émerveiller devant un papillon
L’enjeu du camp ? Apprendre à ces enfants de différentes cités à vivre ensemble pour leur permettre de s’épanouir pleinement dans le cadre proposé. La plupart d’entre eux, ont d’ailleurs reçu, durant l’année, un polo vert brodé au nom du groupe, signe de leur engagement à suivre les règles, les lois et à donner le meilleur d’eux-mêmes. Passé les peurs d’un jeune de cité qui quitte son confort, ses parents et ses écrans, les enfants reviennent aux choses essentielles. Ils redécouvrent les joies simples de l’enfance : s’émerveiller devant un papillon, galoper dans la prairie, crier de joie en découvrant une vigne… Toutes ces choses jusqu’alors inconnues !

Progresser par de petites actions concrètes
Entre les nuits sous la tente et les réveils parfois difficiles, les olympiades, le concours cuisine, les jeux de toutes sortes, les histoires au coin du feu, sous les étoiles, les aventuriers juniors n’ont pas le temps de s’ennuyer ! C’est aussi pour nous, animateurs, l’occasion de rencontrer personnellement chaque aventurier, en étant présent à chaque instant de la journée, et en le faisant progresser par de petites actions concrètes, à travers les 5 principes de la loi des Aventuriers Juniors : dire la vérité, parler respectueusement, penser aux autres, ouvrir ses yeux et ses oreilles, semer la joie et la paix… Autant de petites règles dans la vie de camp qui font faire au jeune des progrès immenses, et contribuent à le construire, sous un regard aimant et exigeant. Cette semaine de camp, clé de voûte de la pédagogie du Rocher, est une belle récompense concluant l’année écoulée avec ces enfants.

 

Apolline
volontaire à Bondy 2017-2018

22Oct

Des vacances pour oser la rencontre

Durant l’été, l’antenne de la Beaucaire (Toulon), a fait le pari de partir une semaine en vacances à Nîmes avec plusieurs familles du quartier, soit un total de 30 participants ! L’occasion rêvée pour tisser des liens forts lors de moments privilégiés, et de construire des ponts entre 2 mondes.

« Et toi, ton été ? », « Alors, qu’as-tu fait ? » Les questions fusent en cette rentrée… Dans notre quartier, l’interrogatoire se résume souvent à : « Es-tu allé au Bled ? ». Si oui, le vacancier se lance dans un long récit ponctué de mille anecdotes ; autrement la réponse est succincte, et on devine vite que la famille est restée, souvent avec un grand sentiment de solitude, dans cet univers de béton. Le Rocher veut offrir une alternative, la joie de pouvoir partir quelques jours en France, avec d’autres, loin des tracas du quotidien. Cet été, nous avons proposé notre camp à cinq familles afin de permettre des relations personnelles entre chaque participant. Nous ne sommes pas un club de vacances, simplement quelques-uns à vouloir vivre un temps fort avec nos voisins de quartiers.

Désormais, ces familles se verront différemment
Lors de l’inscription, – au moment d’oser l’aventure, chaque participant a signé une charte l’engageant à ne pas critiquer les autres et à prendre part à toutes les activités. Chacune des familles nous a fait part alors de son appréhension de partir avec untel ou tel autre. Car, dans la cité, véritable village, tout le monde se connaît sans vraiment se connaître, et la peur liée aux conditions de vie vient souvent menacer la confiance entre les habitants. Pourtant la grâce du Rocher opère et chacun fait le pari de venir, touché de faire partie cet été des ‘‘privilégiés’’ qui séjourneront avec nous. Mais nous sommes les plus chanceux d’entre eux ! Quelle joie immense de « se risquer » nous aussi, en vivant nos premiers jours de vacances avec eux ! Durant le camp, chaque journée se concluait par un moment privilégié entre adultes afin de partager ce qui nous avait le plus touché. Imaginez : dans la campagne nîmoise, sous le ciel étoilé du mois d’août, une femme confie à une autre : ‘‘Tu sais Françoise*, j’avais peur de partir avec toi, et je réalise qu’ici, en dehors du quartier, j’apprends à te voir autrement. C’est ma plus belle surprise de la journée. Je réalise que nous avons tous une sacrée carapace à la Beaucaire, on n’a pas le choix, faut se protéger, mais ici on est sans doute nous tous un peu plus nous.’’ Une autre femme plus discrète ce soir-là, me dira, les yeux embrumés de larmes, la voix un peu cassée : ‘‘Tu sais Inès, moi aussi, je n’avais aucune envie de partir avec d’autres, si je me suis inscrite au camp du Rocher c’était pour l’équipe et mes enfants, j’avais si peur… c’est tellement beau ce que l’on vit ici ’’. Ces familles, au-delà de quelques jours de vacances vécus ensemble, se verront différemment dans le quartier désormais.

Se parler et soulager les maux
Pour nous, l’équipe du Rocher, l’enjeu du camp était de partager à ces familles ce que nous avons, pour la plupart, la chance de vivre dans nos familles : quelques jours à la campagne, portables éteints pour accueillir les moments présents. Notre séjour était ponctué de promenades, grandes tablées, découvertes des traditions de la région, jeux parents-enfants pour resserrer les liens, conseils de famille pour prendre le temps (si souvent volé par les tâches du quotidien) de se parler et de poser les mots pour soulager les maux. Avec 30 participants, le défi était de taille ! Mais rien n’a entamé la bonne humeur, tout le monde se sentant si gâté d’être là. Les habitants nous ont stupéfaits par leur gratitude, les volontaires, eux, nous ont bluffés par leur sens du service et de l’investissement.

Finalement, c’est simple de partir en vacances avec des personnes si différentes lorsque chacun a le désir d’accueillir l’autre tel qu’il est. Souhaitons qu’en cette rentrée, les merveilleux souvenirs de cet été adoucissent les peurs des habitants revenus dans leur quartier !

Inès et Nicolas
responsables de La Beaucaire 2015-2018

03Oct

Le Plan Pauvreté, qu’en pensez vous?

A la suite de l’annonce du Plan Pauvreté par le Président de la République, nous nous sommes interrogés sur son contenu.

Parce que nous sommes concernés, nous avons eu envie d’en débattre.

Cela a pris la forme d’un échange entre parents: quelles sont les mesures annoncées ? Que manque-t-il ? Qu’avons nous à proposer pour les familles pauvres ?

Étonnamment, nos points de vue peuvent être très différents sur ce sujet brûlant d’actualité.

Dans tous cas, nous sommes persuadés de la nécessité d’associer les personnes qui vivent dans la pauvreté et de faire alliance pour que ce plan soit une réussite.

11Sep

Molière en scène !

L’année dernière, Le Rocher de Marseille a monté un atelier théâtre ayant lieu chaque mercredi après-midi avec 10 collégiens et collégiennes de Campagne Lévêque.

Après 4 mois de découverte du théâtre et d’improvisations, nous nous sommes lancés avec les jeunes dans les répétitions d’un spectacle de théâtre mettant en scène deux extraits de pièces de Molière.

Un véritable groupe s’est formé petit à petit au grès des séances de travail, des sorties et des soirées passées ensemble.

Au bout de 9 mois de travail, de joie et de défis, nous étions heureux d’aboutir à la présentation du spectacle devant les proches des jeunes et dans une véritable salle de spectacle !  Ce fut un grand succès et les jeunes, comme les animateurs, pouvaient être fiers et heureux de présenter leur oeuvre commune ! En voici la découverte en exclusivité…

10Sep

Camp d’été Aspirants en Ardèche

« Pour les Aspirants de Marseille (création d’un groupe de 10 collégiens cette année 2018), nous souhaitions partir longtemps avec eux en camp afin de les faire progresser sur du long terme et de créer une véritable cohésion de groupe forte. Pour cela, nous avions fait le choix de les emmener en pleine nature, totalement coupés de leur univers marseillais et de leurs habitudes. Tout ne fut pas facile, mais que se fut beau !

10 jours durant, nous avons vécu en communauté la vie de camp en Ardèche. Sous tente, nous vivions au bord d’une rivière en pleine forêt ardéchoise où nos seuls voisins étaient les bergers ou le gibier. Après un besoin d’adaptation naturel et parfois délicat, nous avons pu leur faire vivre des expériences fortes leur apprenant le sens de la communauté et du service, du dépassement de soi, de la nature et de la simplicité.

A force d’efforts répétés, chacun trouvait un plaisir à vivre le grand jeu autour des batailles de fortin et de prise de foulards, à se dépasser pour réussir le concours cuisine ou durant deux jours de Jeux Olympiques pendant lesquels les courses de chars, les défis d’équipe et le parcours du combattant venaient rapprocher tout le monde.

Chaque soirée voyait les aspirants heureux de chanter ensemble et d’aborder des sujets de discussion plus profonds que ceux de d’habitude. Un esprit aspirant soufflait sur notre camp.

Plusieurs jours en dehors du lieu de camp venaient compléter le programme. Nous avons ainsi pu assister au passage du Tour de France (discipline encore inconnus des aspirants) mais aussi visiter un fameux château local et se baigner avec joie dans un grand lac naturel.

L’émouvante cérémonie de remise des talents, lors de notre dernière soirée, est ainsi venu récompenser les efforts de chacun et nous montrer tous les efforts réalisés par les jeunes. Ce camp restera ainsi une expérience forte partagée par tous et permettant d’avancer avec confiance dans l’avenir. »

Thibaud, volontaire en service civique 2017-2018

Aspirants 2B
Aspirants 1B
Aspirants 7B
Aspirants 5B
Aspirants 6B
Aspirants 4B
Aspirants 3B
10Sep

Camp d’été Primaires à Gémenos

« Le 7 juillet dernier, Le Rocher de Marseille emmenait 10 enfants du primaire, accompagnés tout au long de l’année, en camp d’été près d’Aubagne au cœur de la Provence.

Pendant cette semaine, les enfants ont plongé dans l’univers des indiens en partant à la découverte d’une nouvelle contrée sauvage. Les Sioux, les Apaches et les Iroquois ont chacun installé leur campement pour conquérir une nouvelle terre qu’ils ont dû défendre face aux autres tribus.

Les jeunes de Campagne Lévêque ont ainsi appris à vivre en communauté, dans la nature, à dormir sous la tente pour la première fois pour certains d’entre eux, à faire la cuisine avec peu de moyens matériels et à se dépasser dans toutes les activités. Olympiades, veillées, jeux d’approches, randonnée au massif de la Sainte Baume, baignade à la mer, constructions de cabanes, bérets et repas partagés ont rythmé toute notre semaine.

L’un des grands enjeux de ce camp était, de loin, l’expérience partagée de la vie en communauté. Chacun vient avec ses habitudes propres et doit s’adapter aux règles du camp. C’est un vrai travail et petit à petit les efforts de chacun se font sentir et portent du fruit ! Perdre aux jeux n’est désormais plus une catastrophe, faire la cuisine n’est plus réservée aux adultes et marcher dans la nature et chanter sous les étoiles deviennent un vrai plaisir !

Le camp a été une véritable réussite que ce soit du côté des jeunes comme du côté des animateurs. Chacun a su dépasser ses propres limites et les enfants sont revenus très fières de leurs exploits. La cérémonie de remise des talents le dernier soir, a permis de finir en beauté cette belle semaine passée ensemble et de mettre ainsi en valeur les efforts que chaque enfant avait fait pour le bien du camp. »

Thibaud, volontaire en service civique 2017-2018

Primaires 3B
Primaires 5B
Primaires 4B
Primaires 7B
Primaires 1B
Primaires 2
Primaires 2B
Primaires 8
Primaires 6B
24Juil

Les aventuriers sur l’ile de Stagadon

« La semaine dernière, avec les aventuriers on est parti en camp. On a passé deux jour dans la maison des sorcières, en breton, Kerangomar. Pendant ces deux jours, nous avons fait un festin de vikings, nous nous sommes rendu à la plage où nous avons rencontré plein de gens sociables. Plus tard dans la journée nous nous sommes rendu au bar pour visionner la demi-finale France/Belgique. C’était le feu !!!

Ensuite, on s’est rendu sur une ile. Pour y parvenir nous sommes partis en bateau à voile. Pendant plusieurs heures, nous avons navigué au soleil. Puis, on s’est un peu trop éloigné et quand on a voulu revenir, la marée était contre nous. La remonté a été compliqué. Au bout de deux heures de combat contre le vent nous avons commencé à désespérer. A ce moment un bateau à moteur est venu nous tracter. Sur le trajet, fatigué, avec le mal de mer, j’ai vomi. #GrosseGalère

Une fois arrivé sur l’ile c’était le paradis, l’eau était bleu turquoise, c’était paisible, le sable était fin et le couché de soleil était magnifique !

Le lendemain, nous avons fabriqué des cannes à pêches pour pêcher à la touche et nous nous sommes baignés. On a pêché toute la soirée, la pêche a été bonne, on a eu plein d’algues !

On a rencontré Yannick, un spécialiste en la matière, il nous a donné plein de conseils et en 30 minutes on a cassé trois cannes ! Au bout d’une heure, on avait vraiment plus la pêche.

Le lendemain, tôt le matin, nous nous sommes rendu dans des grands rochers pour le lever du soleil et prendre plein de photos avec les animateurs. Nous en avons pris des magnifiques. Téma les flammes !!

Dans l’après-midi, j’ai fait un piège à lapin mais ils n’ont pas apprécié les appâts que j’avais mis, ils préféraient les biscottes à ce qu’ils m’ont dit dans un mot. Dédicace à MAYA

Le dernier jour nous avons pêché des couteaux (coquillage) et des crabes qu’on a dégusté pendant le repas. D’ailleurs pendant la pêche, un couteau a massacré le doigt d’un animateur. C’était dégueu.

Les crabes n’étaient pas bien garnis car ce n’était pas la saison. Nous avons quand même réussi à en attraper une bonne dizaine. #Warrior

Merci à Bruno, Gabriel, Antoine, Irénée. Merci à l’association AJD et en particulier à O’mahe, Maya, Caliste, Théo, Yannick et Thiphaine.

A bientôt pour de nouvelles aventure, »

Harouna

3
5
4
6site
19Juil

Un weekend au Rocher de Grenoble

« Nous avions reçu des newsletters, des textos, nous nous étions appelées etc., mais cela ne suffisait pas. Ce n’était effectivement pas assez à nos yeux pour visualiser la mission de notre chère Camille, volontaire en service civique au sein de la cité du Mistral à Grenoble. Il nous a fallu vivre cette petite immersion de 24 heures pour découvrir son quotidien et son rôle auprès des familles.

Le pied à peine posé sur le quai de la gare, nous voilà parachutées au milieu d’une activité famille : barbeuc au bois français, baignade dans le lac et olympiades avec les enfants. Quel émerveillement pour nous de voir la simplicité avec laquelle les relations se créent et la complicité qu’on peut établir avec chacun d’entre eux et les mamans. Quelques coups de soleil plus tard, il est temps de rejoindre la cité, et de rencontrer les 3 poules élevées avec amour par les volontaires, qui nous emmènent ensuite visiter le centre-ville pour la soirée.

Après une bonne nuit de sommeil et un petit-déjeuner royal à la coloc des volontaires, nous avons juste quelques mètres à franchir pour nous retrouver dans l’église du quartier. Puis nous enchaînons par une invitation à déjeuner chez Lætitia et Olivier pour fêter les 7 ans de leur fille Tifany avec ses deux frères Connor et Duncan. L’ambiance est festive et nous nous tenons à carreau : les enfants ont instauré une règle d’or , pour chaque gros mot qui nous échappe, nous avons droit à un gage !

L’horloge tourne, et l’heure de notre train approche… Les volontaires nous déposent à la gare avant de rejoindre les montagnes grenobloises pour une rando, que nous aurions tant aimé partager avec eux ! »

IMG_9818
IMG_9813
IMG_9882
IMG_9895

   

 

 

09Juil

Molière en scène à Marseille !

Cette année Le Rocher de Marseille a monté un atelier théâtre ayant lieu chaque mercredi après-midi avec 10 collégiens et collégiennes de Campagne Lévêque.

Après 4 mois de découverte du théâtre et d’improvisations, nous nous sommes lancés avec les jeunes dans les répétitions d’un spectacle de théâtre mettant en scène deux extraits de pièces de Molière. Un véritable groupe s’est formé petit à petit au grès des séances de travail, des sorties et des soirées passées ensemble.

Au bout de 9 mois de travail, de joie et de défis, nous étions heureux d’aboutir à la présentation du spectacle devant les proches des jeunes et dans une véritable salle de spectacle !  Ce fut un grand succès et les jeunes, comme les animateurs, pouvaient être fiers et heureux de présenter leur oeuvre commune ! En voici la découverte en exclusivité…

Toi aussi, viens mettre tes talents au service de la cité !

 

09Juil

Camps chantier de « ouf » à Esparon

« Curieux de voir ce qu’avait vécu Louis pendant son année de service civique, je lui avais simplement répondu « ok pour le camp début juillet ». Sans trop me poser de questions je troquais mon costume pour une paire de chaussures de marche et un short. Dans le train pour Grenoble j’imaginais que ces quelques jours se résumeraient surtout par des promenades dans la montagne et de franches rigolades autour de mousses bien fraîches.

Mais en arrivant au Rocher, j’ai rapidement réalisé que j’avais aussi quitté le confort de mes weekends entre amis et en famille pour partir à la rencontre des jeunes « aspirants » de Mistral.

Nous voilà donc partis pour trois jours de camp chantier à Esparon, chapelle-refuge dans les montagnes du Triève avec 10 jeunes du « tierquar ». Transformés en bûcherons, en carriers ou en maçons la journée, ce sont de réels troubadours le soir qui finirent par réécrire une chanson bien connue:

« Debout les gars réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup,

Debout les gars réveillez-vous, on va à Esparron »

Une fois le muret érigé et le bois rentré pour l’hiver, direction Autrans pour une récompense bien méritée : de la luge d’été ! Après 3 descentes décoiffantes pour certains et qualifiées de « ouf » ou de « magnifiques » par d’autres. Nous avons terminé le séjour à la fan zone de Autrans pour voir le match.

Nous rentrons à Grenoble fatigués mais satisfaits, fiers et comblés de souvenirs et de sourires !

Outre la belle randonnée promise je repars de cette semaine en retenant surtout que l’accueil et la rencontre de l’autre apportent beaucoup plus de chaleur et d’énergie qu’une bière, même fraîche. »

 

18Juin

Un camps comme en famille

« Depuis mon arrivée en décembre, je ne compte plus toutes les choses incroyables que j’ai pu vivre au Rocher de Grenoble. Je n’avais cependant pas encore participé à un camp famille.

Les vacances de Pâques m’ont permis de découvrir cette joie !

Le concept est simple mais ambitieux : partir à plusieurs familles quelques jours en vacance, dans une maison qu’on nous prête très gentiment, et vivre tous ensemble notre quotidien à la montagne !

C’est donc à une trentaine que nous avons déposé nos valises à Miribel-les-Echelles, entre l’équipe des volontaires et les familles : irakiennes, algériennes, françaises, maoraises et congolaises, nous allions de 8 mois à 40 ans, en passant par une ribambelle d’enfants, d’ados, un défi de taille ! Et nous avons passé 5 jours de bonheur au cœur de la Chartreuse.

Balades, grands jeux, visite à la ferme, joies de la cuisine et longs repas, la douceur des vacances nous a fait oublié pour quelques instants notre quotidien citadin. Et les tisanes au coin du feu où les discussions crépitaient chaleureusement le soir comme les bûches, nous faisaient savourer ces instants d’éternité.

Comme en famille : de franches rigolades, comme en famille : quelques pleurs d’enfants, comme en famille : des mères rivalisant de savoir-faire culinaire, comme en famille : tout le monde met la main à la pâte ! comme en famille : des cabanes dans les arbres, comme en famille : les enfants sont les enfants de tout le monde et comme en famille : une petite pointe au cœur lorsque arriva le moment des adieux… » Camille E.

3site
10
9
8
7
6
5
4
2
1
Aller à la barre d’outils