En mission dans les quartiers sensibles.

Actualités

Actualité récente du Rocher

29Jan

Constitution d un groupe hommes à Grenoble

Depuis le mois de novembre, plusieurs hommes du quartier et du Rocher de Grenoble se motivent pour faire ensemble du sport !
Tous les vendredis, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, certains se retrouvent pour courir ; et grâce à ces liens, nous avons organisé deux sorties en montagne pour randonner ensemble :
Avant Noël, nous sommes montés dans le Vercors pendant une journée, pour apprécier la vue imprenable sur Grenoble, rire et se rencontrer. La pépite ? Certains découvraient le goût de la montagne pour la première fois, et sont depuis retournés plusieurs fois depuis faire la balade !
En janvier, nullement impressionnés par la pluie, nous sommes allés au Fort de Comboire. À chaque fois, de belles discussions profondes sur la famille, le fait d’être des hommes, la protection de l’environnement, ou l’interreligieux.
La suite ? Barbecue, haute montagne, vélo, les idées ne manquent pas !
29Jan

Formation des nouveaux volontaires en Service civique

Cette semaine, 7 nouveaux volontaires et une stagiaire éducatrice spécialisée se sont réunis pour un temps de formation à la mission du Rocher. Au programme : l’écoute optimale, une introduction au développement du pouvoir d’agir, réflexion autour des activités et temps de partage.

Ils seront de retour lundi dans les antennes du Rocher et de la maison des Familles pour vivre pleinement leur mission !

Profitez bien des six mois qui viennent et bravo pour votre engagement !

27Jan

‘J’ai eu l’impression d’avoir une famille qui veillait sur moi’

Témoignage de Sixtine, volontaire en Service Civique depuis septembre à Nîmes

Mi-décembre, quelques jours avant Noël, l’équipe était testée positive au Covid-19 : nous avons dû fermer l’antenne. Nous sommes donc restés confiner pendant une semaine dans nos appartements respectifs. Ne pouvant plus assurer la permanence au Rocher, il nous a fallu réfléchir à la manière de garder contact avec les résidents du quartier. La solution ? Les appels gratuits.

Effectivement, pendant que nous étions malades, nous avons eu beaucoup de coups de téléphone des habitants qui voulaient avoir de nos nouvelles ainsi que des petits messages. Ils étaient inquiets et voulaient prendre soin de nous. Pendant ces coups de téléphone, une des habitantes très fidèle, nous a proposé de nous rapporter un couscous : DELICIEUX !! Elle avait peur qu’on manque de nourriture puisque nous ne pouvions pas faire de courses. Grâce à elle, nos estomacs étaient bien remplis !

Des véritables anges gardiens

De plus, les habitants du ‘Cheum’ (Chemin Bas d’Avignon) ont été de vrais anges gardiens pour nous. Notre voisine d’au-dessus s’est proposée avec son mari pour faire nos petites courses ! Nous leur avons fait une liste que nous avons collée sur notre porte avec des mots doux pour les remercier. À peine écrite, ils sont partis faire les courses pour nous. Nous avons eu le droit à plusieurs appels  pendant qu’ils faisaient les courses car ils ne voulaient pas se tromper et nous faire plaisir. Ils nous ont déposé les courses sur notre paillasson. Ils avaient rajouté plein de petites attentions pour nous chouchouter notamment une jolie bûche de Noël au chocolat. On sentait qu’ils avaient envie d’une chose : nous gâter et nous faire plaisir. Ils ont été très généreux. Ils sont si attentionnés. Notre voisine du rez-de-chaussée nous a offerts des œufs frais que son mari avait rapporté de son travail.

La bienveillance des habitants du quartier nous a scotchés, nous étions très touchés. Un vrai lien de solidarité a donc été mis en place par l’initiative des habitants qui nous ont ainsi montré l’importance que nous avions à leurs yeux. Ce fut donc la première pépite de ce confinement.

Une équipe de bénévoles pour nous soutenir

La deuxième pépite de ce confinement a été la présence des bénévoles qui ont pris notre relais auprès des habitants. Grâce à l’un d’entre eux, les habitants ont pu avoir le colis alimentaire de décembre. Un de nos bénévoles a aussi offert des cadeaux aux habitants. Un autre ami du Rocher est allé livrer à Bertrand, Alix, nos responsables d’antenne et leurs 3 enfants, de la nourriture pour qu’ils puissent fêter Noël comme il se doit.

Ma famille du ‘Cheum’

Nous étions malades, mais j’ai eu l’impression d’avoir une famille qui veillait sur moi. C’est fou de voir à quel point en donnant, on reçoit aussi énormément, on est là pour eux et eux aussi sont là pour nous. C’est si beau ces relations qui se créent au fur et à mesure : une vraie fraternité, amitié est présente. Ce n’est pas une relation à sens unique, loin de là, et plus les jours passent et plus la mission avance et plus nous le comprenons. L’entraide est un mot très fort dans le quartier. Nos voisins n’ont qu’une seule phrase en bouche : « Si vous avez besoin de quelque chose, vous savez où nous habitons. N’hésitez pas ! » Les attentions sont présentes au quotidien et nous sommes touchés de toute leur bienveillance. Les habitants ont été nos « antivirus » durant cette période de confinement.

 

Photo datant de 2019

 

13Jan

C’est parti pour le “Projet Paternité” !

Nous nous interrogeons sur le rôle des pères au sein de La Maison Des Familles et dans notre société. Nous souhaitons que chacun se sente accueilli car nous sommes convaincus que les hommes sont, tout comme les femmes, partie prenante de la famille. La paternité est un sujet qui évolue. Pendant longtemps, le père était à l’extérieur de la maison, il gagnait des sous ; aujourd’hui il s’investi d’avantage dans la maison ; et à l’inverse, la mère est plus à l’extérieur de la maison. De plus, c’est est un des leviers de l’égalité Femme-Homme : si des enfants grandissent avec des parents qui ont des comportements égalitaires, ils reproduiront plus facilement ces mêmes comportements. Cela amène donc une égalité plus durable.

Parallèlement à ce constat, nous avons participé à une Communauté de Pratiques et de Savoirs en octobre 2019 sur la place des pères au sein des 17 Maisons Des Familles du Programme. Ce sujet nous invite à mettre en mot ce que nous voulons vivre, ainsi nous avons décidé de lancer le « projet paternité », sur une durée de 2 ans. Un comité paternité vient de se créer avec un noyau de 3 papas ; nous sommes également en lien avec l’association « Et les pères », basée à Aix-en-Provence et le « Regroupement pour la Valorisation de la Paternité » au Québec.

Voici nos questionnements : C’est quoi un père ? Dans ce que nous faisons déjà au sein de La Maison Des Familles, quel est le petit pas de plus que nous pouvons faire pour rejoindre d’avantage les pères ? Si nous souhaitons que la maison soit La Maison Des Familles, comment faire pour la Co-construire ? Comment peut-on être parents ensemble ? Comment aborder le sujet, très chargé émotionnellement de l’égalité Homme-Femme ?

Par ailleurs, nous avons récemment organisé un atelier jeu de construction Kapla pères-enfants. Un moment plein de convivialité !

08Jan

Marlène Schiappa : « Je crois que la République en actes, c’est ce que vous, vous faites tous

« Dans les discours politiques, on entend souvent [parler du] « vivre ensemble », parfois on ne sait pas tellement ce qu’il y a derrière mais là, vous démontrez ce que c’est de « vivre avec ». De vivre avec l’autre et d’aller faire cette rencontre » Marlène Schiappa

Cette semaine, l’antenne des Mureaux a reçu dans ses locaux deux ministres.

Le 5 janvier, aux Mureaux, nous avons eu le plaisir de recevoir en antenne Marlène Schiappa ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté et Sarah El Haïry, secrétaire d’état auprès du ministre de l’éducation nationale, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement. François Garay, maire des Mureaux, sa première adjointe, Souad Ammouri Mosat et Raphaël Sodini, Préfet délégué pour l’égalité des chances des Yvelines étaient aussi présents. Venues pour présenter le projet de contrat d’engagement sur les principes républicains, les deux ministres ont profité de ces 40 minutes dans nos locaux pour échanger avec Marie-Pascale et Pierre Thomas, responsables de l’antenne du Rocher aux Mureaux, Lise-Marie Croissandeau, leur adjointe et les 4 volontaires en Service civique de l’équipe sur leur parcours et motivation à venir vivre en cité avec Le Rocher. Interpellées par cet engagement radical au service des habitants des quartiers, Marlène Schiappa a annoncé « Je crois que la République en actes, c’est ce que vous, vous faites tous les jours », « vous essayez de masquer vos préjugés. Ce que vous faites vous permet de battre en brèche ces préjugés et c’est très courageux et très sincère de le faire et de la partager comme ça et surtout dans cette forme d’engagement originale et rare que vous avez choisie de vivre avec véritablement. ». Sarah El Haïry a félicité l’équipe : « Des jeunes qui vont partager des valeurs, un temps commun, une compréhension mutuelle, une mixité sociale, territoriale et ça, ça a du sens. Vous êtes plutôt précurseurs ».

08Jan

Une ancienne volontaire du Rocher à l’Institut de l’engagement

A la suite de mon Service civique d’un an au Rocher de Bondy, on nous a proposé de postuler à l’Institut de l’Engagement, créé en 2012 par Martin Hirsch (directeur général de l’AP-HP). Après un dossier de candidature puis un oral de motivation, j’ai eu le plaisir d’être sélectionnée lauréate de la promotion « Les Engagés du Covid-19 », avec 200 autres anciens volontaires en Service Civique, dont Marine, ancienne volontaire du Rocher de Nîmes. L’Institut de l’Engagement nous permet de bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour notre projet futur, quel qu’il soit : créer son entreprise, développer une association, reprendre des études. Nous avons un référent dédié avec qui nous échangeons régulièrement, qui nous apporte des conseils, nous propose un parrainage en lien avec notre projet, nous aide à déterminer ce que nous désirons vraiment et à clairement identifier les étapes afin d’atteindre notre objectif. Pour ma part, ma référente a été présente dans la constitution d’un dossier de candidature pour un master, qui je l’espère aboutira positivement. Grâce à un réseau de partenaires étoffé, composé à la fois d’entreprises, d’écoles, d’universités mais aussi de structures publiques, nous avons également accès à de nombreux ateliers, conférences, évènements et autres moments privilégiés. Elément phare de l’Institut, les Universités de l’Engagement permettent à chacune des promotions de se rencontrer sur plusieurs jours et ainsi consolider les projets de chacun, toujours accompagné des partenaires. Pour l’instant, tous les évènements sont en visio-conférence mais j’ai vraiment hâte que la situation sanitaire nous permette de nous rencontrer entre nous, afin de s’enrichir des expériences de chacun !

Je ne peux que recommander aux volontaires de cette année de postuler à l’Institut de l’Engagement, afin de bénéficier d’un suivi personnalisé et d’avoir la chance d’échanger avec des personnes de tous horizons, aux parcours extrêmement inspirants.

Amandine, volontaire en Service civique à Bondy 2019-2020

08Jan

Les langages de l’amour en pratique dans la famille

Caroline (à gauche sur la photo), bénévole très engagée au Rocher des Mureaux nous témoigne du dernier atelier ‘Paroles de mamans’ qu’elle anime chaque semaine dans l’antenne.

Aujourd’hui, une petite dizaine de femmes est réunie dans une salle du Rocher des Mureaux. Des éclats de voix gaies s’échappent du groupe. Un sujet essentiel est pourtant abordé : celui des différents langages de l’amour pour mieux comprendre son mari et ses enfants. Ce sujet est arrivé très naturellement. Il fait suite à une discussion sur les cadeaux, la jalousie, la frustration et la colère des plus jeunes.

Le Rocher des Mureaux propose depuis quelques années aux jeunes mamans du quartier de se retrouver, en marge du Café des femmes, chaque semaine. L’idée : au sein d’un groupe restreint, pouvoir se confier librement et se conseiller les unes les autres, guidées par deux bénévoles qui partagent les mêmes interrogations. Ces questions portent bien sûr sur la vie quotidienne d’une jeune femme, mère et épouse. Mais aussi sur les difficultés que rencontrent les immigrées pour s’intégrer à la société française. Chaque jeudi, des sujets de fond (grossesse, fatigues et joies de la petite enfance, troubles de l’adolescence, argent, mort, sommeil, logement, construction du couple et vie de femme …) sont abordés. Sans jugement ni critique, chacune peut raconter son expérience. Au fil des mois et des années, de vrais liens d’amitié se sont tissés, en dépit des différences d’origine, de religion ou de culture.

Eduquer nos enfants dans une société de plus en plus exigeante est un défi quotidien. Comment bien les instruire ? Comment bien les nourrir ? Comment mieux les faire grandir ? Comment les protéger ? Pas de réponse idéale, mais des pistes de réflexion. Autour d’un thé à la menthe et de délicieux gâteaux, marocaines, algériennes, sénégalaises, maliennes et françaises partagent, à travers le masque, leurs rires et parfois leurs larmes. Libérées du regard de leurs compatriotes parfois très conservateurs, elles ouvrent leur cœur : chacune est prête à faire évoluer son quotidien, à faire des efforts, pour permettre à leurs enfants et à elles-mêmes de mieux s’intégrer dans ce pays qu’elles considèrent comme LE pays des droits de la Femme. Un pays qui a pourtant encore beaucoup à apprendre de ces jeunes femmes, souvent mères au foyer, qui forment le futur de notre société. Point d’égalité en France, en dépit de notre devise, mais cherchons à établir l’équité au sein de nos foyers.

Le mois dernier, ces femmes, voilées ou non, ont simplement appris ensemble à jouer à des jeux de société. L’objectif : trouver des activités simples et peu coûteuses pour rétablir le dialogue avec leurs grands enfants autour du jeu. Mais aussi, au milieu de l’immense choix des jouets, savoir choisir ceux qui sauront éveiller leurs plus petits. La semaine prochaine, elles assisteront à un moment d’échange avec une nutritionniste qui les aidera à composer des menus équilibrés pour toute la famille, en leur permettant de retrouver le vrai plaisir du repas, sans cri ni heurt entre enfants et parents.

 

Merci à tous nos bénévoles qui font un travail phénoménal ❤️

Photo prise en 2019

23Déc

La CIC souhaite un Joyeux Noel aux enfants du Rocher des Mureaux

En décembre, le CIC des Mureaux a offert à chaque enfant participant aux activités du Rocher des Mureaux un cadeau pour Noël !
Des trousses de couture, des places pour une pièce de théâtre, une séance au cinéma et des jeux de sociétés ont fait la joie des enfants des différents groupes.
Merci à toute l’agence de la CIC Les Mureaux pour son implication. Au delà des cadeaux qui font tant plaisir, c’est plus encore votre décision de venir comme bénévole avec l’équipe de l’agence qui nous touche le plus. C’est un vrai témoignage de solidarité et fraternité !
10Déc

Pépites en direct du terrain

Nos volontaires en Service civique viennent habiter un an au cœur des quartiers, pour vivre la mission du Rocher. Ils ont souvent l’occasion de recueillir des petites perles venues des habitants, au gré des différentes rencontres quotidiennes, qui viennent réchauffer les cœurs. En voici quelques-unes pour vous !

Le Rocher, école de la joie

Le Rocher est souvent remarqué par les habitants en raison de la joie vécue et transmise par les équipes, comme en témoignent ces pépites.

  • « Ce qui est chouette avec les gens du Rocher, c’est que vous souriez tout le temps. Cela redonne courage. » disait R. alors que Thomas et Albane le croisaient dans la rue après un après-midi pas forcément facile pour lui. » Nicolas, Marseille
  • « Vendredi, M., 12 ans, entre au Rocher, respire profondément et murmure : ” Ah l’odeur du Rocher ! “. Amusée, je lui demande la raison de ce rituel. Il me répond avec sérieux : ” Parce que l’odeur du Rocher c’est l’odeur de la joie. » Madeleine, Bondy
  • «Les mots d’A. concluront bien la sortie ” Le Rocher c’est vivre la vie, la vraie” ». Albane, Marseille

Le Rocher, école de la fraternité

Le Rocher a pour mission de contribuer à bâtir la civilisation de l’Amour, petites actions après petites actions. Voyez comme ils sèment !

  • « Un matin en discutant avec un homme et B. des différentes religions et de la manière dont les gens pouvaient vivre leur religion, cet homme nous a dit : ” Ce qui est beau avec vous, c’est qu’on voit de l’amour dans vos yeux. “ » Sixtine, Nîmes
  • «A., musulman : ” Moi je voulais juste vous dire que tous ces amalgames qu’on voit dans les médias et dans la tête de certaines personnes, ça nous blesse. Deux choses nous blessent après des attentats comme ça : les terroristes se disent musulmans ; les chrétiens sont persécutés. Croyez pas qu’on s’en fout de vous. On n’a pas la même religion c’est sûr, mais je vous jure qu’y’a une grande compassion pour les chrétiens. On a le même Dieu vous savez.” » Priscille, Les Mureaux
  • «Comme le dit M. ” Le Rocher c’est comme ma famille : vous êtes à la fois mon père, ma mère, mon frère, ma sœur, ma grand-mère … bref, on peut toujours s’appuyer sur vous ” ». Léa, Toulon-La Beaucaire
  • « Aude, conjointe de notre responsable d’antenne ne cesse de répéter, à raison, ” On est accueilli qu’une fois, la première fois “. Je n’oublierai jamais l’accueil qui m’a été réservé ce jour-là » Jean-Baptiste, Bondy
  • « Je me souviens de ce soir où nous sommes allés manger un délicieux thieb [spécialité sénégalaise] et de cette phrase que cette maman nous a livré : ” Vous êtes mes enfants blancs” ». Jean-Baptiste, Bondy
  • « Depuis que F. côtoie le Rocher elle se sent plus reconnue et décrit Le Rocher comme ” un moyen de nous faire exister nous les gens des cités “» Laure, Toulon-la Beaucaire
  • «Un grand jeune pendant l’un des tours de rue nous a dit : ” Vous faites du solidaire et c’est plus fort que la maladie [ référence au COVID-19] “ ». Sixtine, Nîmes
  • « – Vous êtes du Rocher vous ? Oui ! Mais comment vous savez ? Ah bah, c’est écrit sur votre front ! … C’est à dire ? Bah, vous êtes sympa le Rocher, vous avez bonne réputation, on vous aime bien ! » Léa, La Beaucaire
  • « Lors du premier Atelier des femmes (1 fois par semaine pour permettre aux femmes de sortir de leurs quotidiens, de la cuisine et du ménage) : quasiment toutes les femmes ont dit : ” Je viens au Rocher parce que c’est ma deuxième famille ” ; ” Au Rocher, je me sens bien, c’est chez moi “» Servane, Bondy

 

 

 

07Déc

ATELIER DES FEMMES AU FORT DE LA GAVARESSE

A l’antenne de Sainte-Musse, dans le cadre de la revégétalisassion du Fort de la Gavaresse*, nous avons proposé aux participantes de l’atelier des femmes de se mettre au vert le temps d’une après-midi. Alors jeudi dernier, nous sommes montés au Fort pour planter toutes sortes de plantes, fleurs, légumes, agrumes… Après une invitation envoyée aux femmes la semaine précédente, nous leur donnons rendez-vous à 14h jeudi 2 décembre.

C’est sous le ciel bleu toulonnais qu’avec nos brouettes, râteaux et pelles nous avons passé l’après-midi au grand air. Chacun met la main à la pâte, enfin plutôt à la terre ! Grâce à beaucoup d’organisation et un peu de patience nous avons été d’une grande efficacité ! C’était sans compter la pluie qui est tombée les jours suivant, permettant à toutes nos plantations de se refaire une santé !

Nous en profitons pour faire découvrir aux femmes les avancées des travaux du Fort, ce qui a été fait et ce qui reste à faire.

C’est autour d’un bon et chaud goûter que nous avons pu reprendre des forces ! La joie du grand air et la beauté des paysages nous a toutes données envies de revenir !

 

*Le Fort de la Gavaresse est un édifice militaire confié au Rocher par le Conservatoire du Littoral. Pour en savoir plus, c’est par ici.

07Déc

Ecoute que coûte

Les volontaires des antennes de Rillieux-la-Pape, la Beaucaire et Grenoble se sont retrouvés les 2 et 3 décembre derniers à Grenoble pour une formation à l’écoute, donnée par Evariste, directeur “Education &  Formation du Rocher”. Une occasion de retrouvailles conviviales et d’échanges (dans le plus grand respect des gestes barrières !) entre les 3 équipes mais aussi un temps fondamental : l’écoute est en effet la clé première de notre vie de mission, nous permettant de rentrer dans une vision aimante du monde. L’écoute est une marque d’humanité, preuve que l’écouté a du prix aux yeux de l’autre, qu’il mérite cette attention et que ses mots, son récit ont de la valeur. Qui ne s’est pas senti exister en se sentant vraiment écouté ? Et la qualité de l’écoute peut faire émerger tant de sujets inattendus !

Aider les gens à avoir des rêves, créer des espaces de confiance pour que les gens se racontent, être authentique, se détacher des associations préfabriquées qu’on peut élaborer dans notre écoute, mettre en valeur les trésors chez l’autre quand la souffrance ternit et décolore l’être : chacun de nous est donc reparti de Grenoble le cœur brûlant malgré des températures extérieures bien basses, avec de précieux outils pour une écoute optimale dans une société où les réponses techniques aux problèmes éprouvent leur limite.

30Nov

Durant ce deuxième confinement nos antennes ont été très actives !

Sur autorisations préfectorales, nous avons pu poursuivre certaines activités de nos antennes (notamment celles entrant dans le cadre du soutien à la parentalité ou de l’accompagnement scolaire). Pour d’autres, cela a été l’occasion de se lancer dans de nouveaux projets :
– A Marseille l’équipe a repeint son local tandis qu’aux Mureaux, c’était peinture du logo du Rocher pour embellir la porte d’entrée
– L’équipe de Rillieux la Pape a repris contact avec plusieurs personnes isolées du quartier. Ces dernières avaient été confiées au Rocher par le bailleur social Dynacité à l’occasion du premier confinement. De la distribution d’attestations de déplacement et de masques à l’aide pour les courses en passant par un simple soutien moral : l’équipe a eu la joie de se remettre au service des personnes dans le besoin, et surtout, de se sentir utile !
– Un café des femmes sportif et par visio a vu le jour à l’antenne de Paris
– A Nîmes, l’antenne a troqué son café de rue hebdomadaire par une distribution d’attestations. Dans le cadre de l’heure quotidienne pour prendre l’air, les membres de l’équipe ont maintenu les tournées de rue pour garder le lien avec les habitants et rester à l’écoute du quartier.
– A Grenoble, hier soir, 4 ados ont participé à la distribution de repas avec l’Association Magdalena, Une belle action de solidarité ! (voir article ici)
Aux Mureaux, l’atelier art des primaires a pu être maintenu. La semaine dernière les enfants y ont réalisé des cartes de vœux, pour des prisonniers au sein des quatre maisons d’arrêt situées dans les Yvelines. Les enfants ont créé ces cartes eux-mêmes, et y ont rédigé un texte réconfortant. (Ici, un article  détaillé sur le confinement des Mureaux)
En définitive, ce “second confinement, bien qu’il nous ait forcé à nous adapter de nouveau, à peine deux mois après [l’]arrivée [des nouveaux Services civiques en antenne], nous a permis de développer un lien privilégié avec les habitants”.
30Nov

Distribution de repas et de bonne humeur

Mercredi 25 novembre dernier, nos grandes jeunes filles Manel et Kelya ont participé à la distribution de repas avec l’Association Magdalena. Une belle soirée de services et de rencontres ! “C’était incroyable le sourire des gens” nous confie Manel. Ces personnes sont touchées du temps qu’on leur accorde, l’attention qu’on leur porte personnellement : chacun est accueilli chaleureusement par un bénévole. Ils se présentent mutuellement l’un à l’autre, en s’appelant par leur prénom et échangent des nouvelles. Certains sont gênés de venir bénéficier de cette aide mais sont vraiment heureux de rencontrer différentes personnes, autant des vieux que des jeunes qui les attendent. Chacun prend le temps d’un café ou d’une conversation. Kelya était “trop heureuse” de ces rencontres et de pouvoir “aller vers” ces hommes, ces femmes et ces enfants avec qui elle n’aurait pas échangé autrement.

Une belle soirée de service et de rencontres !

27Nov

Le confinement aux Mureaux, un renouveau positif pour l’antenne

Alors qu’un second confinement est en vigueur depuis le 30 octobre, les équipes du Rocher ont dû trouver de nouvelles alternatives pour continuer leur mission.

  • Remise en route de l’atelier Art.

Le Rocher des Mureaux a profité du confinement pour remettre en place un atelier Art. Cet atelier, tout comme l’atelier théâtre et couture qui ont lieu les mercredis après-midi, est en partie financé par les subventions départementales et entre dans les activités de type ‘C.L.AS.’ autorisées par la CAF.  Nous avons donc remis en place l’atelier art qui avait lieu les années précédentes, afin de faire profiter des enfants de ces temps de ressourcement encadrés, deux fois par semaine, toujours dans le respect des gestes barrières. La semaine dernière, Lucia, bénévole au Rocher des Mureaux, mais également au Secours Catholique, nous a proposé de nous aider à animer cet atelier, en faisant réaliser aux enfants des cartes de vœux, pour des prisonniers au sein des quatre maisons d’arrêt situées dans les Yvelines. Les enfants ont créé ces cartes eux-mêmes, et y ont rédigé  un texte réconfortant.

 

  • Des moments privilégiés avec les Aventuriers.

Dans le cadre des Aventuriers, l’idée était que Paul, volontaire en Service civique, garde le lien avec ses Aventuriers Éclaireurs (garçons de 12-17 ans), Priscille avec ses Sentinelles (filles de 12-17 ans) et Jeanne, Maïa et Vincent, avec leurs Aventuriers Juniors (groupe mixte de 8 à 12 ans). Nous avons proposé aux familles de ces Aventuriers de nous occuper des jeunes sur l’heure quotidienne de sortie autorisée par le Gouvernement pendant ce confinement, par groupes de deux ou trois Aventuriers maximum. L’idée de ce moment privilégié est de créer une complicité entre les responsables de ces activités, mais aussi qu’ils puissent sortir prendre l’air et se défouler pendant cette période de confinement, parfois difficile à supporter pour les familles en cité, vivant dans des logements exigus. Paul a notamment emmené ses Aventuriers Éclaireurs en vélo dans le bois de Verneuil, Priscille s’est baladée avec ses Sentinelles dans le Parc du Sautour, avoisinant la cité et enfin, Jeanne,  Vincent, Maïa ainsi que Félix et Lisa, les deux stagiaires ESSEC – qui ont tous deux prolongé leur séjour au Rocher pour quinze jours – ont emmené à tour de rôle les Aventuriers Juniors dans le Parc de Becheville et le Parc Molière, pour des jeux en extérieur type course d’échasses, dauphin-dauphine et autres réjouissances. Petite surprise pour les Aventuriers Juniors, leurs chefs leur ont préparé une belle boîte fait-main, avec quelques photos de la sortie d’octobre et une lettre manuscrite, que nous déposerons dans chaque boîte aux lettres, accompagnées de petits chocolats.

 

  • Garder contact avec les personnes isolées.

Nous avons également réorganisé notre emploi du temps, ayant des temps libres sur les créneaux horaires où les activités ont été suspendues. Nous avons décidé de contacter par téléphone des personnes, dont la liste nous a été transmise par la paroisse des Mureaux, dans l’objectif de détecter des personnes âgées ou isolées et de leur proposer nos services. Au-delà de cette liste que nous avons rapidement terminée d’appeler, nous restons en contact avec toutes les personnes isolées que nous suivions déjà avant le confinement. Enfin, nous avons libéré deux créneaux le mercredi et jeudi matin, avec l’accord des institutions publiques, pour faire du porte-à-porte et aller à la rencontre des habitants, afin de savoir si leur confinement se passe bien et si nous ne pourrions pas aider des personnes isolées, handicapées ou simplement âgées, que nous n’aurions pas encore rencontrées.

Pour rentabiliser notre heure quotidienne de sortie autorisée par le Gouvernement, nous avons transféré notre tour de rue habituellement prévu le jeudi soir de 21h à 23h, sur deux autres créneaux plus pertinents en cette période un peu spéciale : le mercredi fin d’après-midi, après les ateliers art, couture et théâtre, et le vendredi soir, avant l’accompagnement à la scolarité. Ces tours de rues nous permettent notamment de rencontrer des personnes que nous ne rencontrions pas le jeudi soir. Nous touchons une population plus familiale, avec des parents, des jeunes travailleurs faisant leurs courses au centre commercial de la cité, avant de rentrer passer la soirée chez eux  et les jeunes entre 15 et 18 ans, encore autorisés à être dehors sur ces créneaux-là.

  • En profiter pour embellir le local.

D’un point de vue plus artistique, l’équipe des volontaires a décidé de repeindre la porte d’entrée des locaux. Pour donner envie aux gens d’y rentrer et surtout, créer une visibilité de loin, nous avons dessiné le logo du Rocher en grand format sur cette porte. Ce projet a notamment été réalisé grâce à nos stagiaires ESSEC qui se sont investis pleinement, Lisa ayant des talents d’artiste-peintre. Nous avons tous donné quelques heures de notre deuxième semaine de confinement pour achever cette œuvre d’art dont les habitants et surtout les enfants se réjouissent! Lise-Marie a également proposé de réaliser des pancartes « météo ». Autrement dit, à chaque fois qu’un enfant du primaire arrive à l’accompagnement à la scolarité, il fixe son portrait plastifié sur les pancartes réalisées à la peinture par Lisa, qui représentent différentes météos. L’objectif pour eux est de fixer leur photo sur la météo qui correspond à leur humeur du jour, leur « météo intérieure », en expliquant pourquoi ils sont dans cet état-là.

 

  • Moments conviviaux.

Un dimanche après-midi, dans le cadre d’activités autorisées de ‘soutien à la parentalité‘ nous avons mis en place un créneau pour des jeux de société avec des familles. En effet, nous avions remarqué, durant les visites à domicile que nous avions proposé pendant les vacances de la Toussaint, que le concept des jeux de société en famille avait très bien fonctionné. Nous avons donc décidé de continuer à convier certaines familles dans les locaux du Rocher, afin de passer deux heures autour de jeux de société et de créer des moments de convivialité, à la fois avec Le Rocher, mais aussi entre les membres d’une même famille, qui n’ont pas cette culture du jeu de société ou qui n’ont tout simplement pas les moyens de s’en offrir.

Pour les femmes, nous sommes autorisés depuis aujourd’hui, jeudi 26 novembre, toujours dans ce cadre d’accompagnement à la parentalité, à reprendre le Café des Femmes et le groupe Paroles de Maman, en effectif réduit, . Après avoir constaté que des femmes étaient fortement isolées durant ce confinement, et même bien avant, nous avons décidé de réunir une dizaine d’entre elles dans le strict respect des mesures sanitaires qui nous ont été demandées.

En bref…

Ce second confinement, bien qu’il nous ait forcé à nous adapter de nouveau, à peine deux mois après notre arrivée aux Mureaux, nous a permis de développer un lien privilégié avec les habitants. Qu’ils soient adultes ou enfants, les appels téléphoniques, les rendez-vous individuels, les temps en petit comité avec nos Aventuriers et les enfants des différents ateliers, de l’accompagnement à la scolarité ou même de simples discussions dans la rue, nous ont rapproché et nous ont permis de développer des relations plus étroites… L’adaptabilité de notre équipes, les réaménagements d’emploi du temps, les petites « surprises » qu’ont été la rencontre avec nos stagiaires ESSEC préférés, mais aussi avec Hadrien, 23 ans, toulousain en année de propédeutique à Aix-en-Provence, qui nous a rejoint  pour quatre semaines, nous laisseront de beaux souvenirs en antenne et une expérience formatrice pour les mois qui suivront cette période incertaine.

25Nov

Pépites d’étudiants de l’ESSEC venus découvrir Le Rocher

15 étudiants de l’ESSEC sont venus vivre la mission du Rocher pendant un mois. A l’issue de leur expérience, ils nous ont partagés ce qui les avait marqués.

« Le Rocher, c’est un lieu où les habitués n’hésitent pas à venir frapper dès qu’ils ont besoin d’une oreille pour les écouter, d’une présence pour les rassurer, d’une voix pour les conseiller ou encore d’une main pour les aider dans les démarches du quotidien. Je remercie Le Rocher de m’avoir fait rencontrer des personnes qui ne sont habituellement pas sur mon chemin.»

« Je suis arrivée la boule au ventre, la tête remplie de préjugés, de craintes, et d’a-priori mais j’ai été très bien accueillie par les volontaires, et la famille responsable d’antenne. J’ai eu l’impression d’avoir été intégrée directement dans cette grande famille qu’est le Rocher »

« J’ai rencontré Fatou, Mamadou, Fouleymata, Mustafa, Dado, Aisha, Rima, Jamila, Abdoulaye, Sami, Loubna, Rodrigue et tant d’autres aux sourires incroyables qui se sont confiés à moi, m’ont considérée comme une sœur et m’ont fait accéder à un petit bout de leur univers le temps d’un mois. Le fait de vivre dans la cité m’a permis de me mettre à la place des habitants et j’ai été touchée par leur confiance. J’ai pu faire l’expérience de la joie profonde de la rencontre avec l’autre et de l’émerveillement face à ces personnes toujours souriantes malgré leur vie difficile. »

« On connait la cité par les médias dans tout ce qu’elle peut avoir de difficile et de dangereux mais pas la réalité de ses habitants qui en constitue la vraie richesse. »

« J’ai pris conscience que le travail ne prend de sens que lorsqu’il est profondément relationnel et qu’on n’est heureux qu’en se donnant. »

18Nov

Vacances de la Toussaint : 3 antennes à Chambord … et Avignon grâce au plan « Quartiers d’aut

Suite au succès du plan « Quartiers d’été 2020 » initié par le SG-CIPDR*, Le Rocher a de nouveau eu la chance de pouvoir participer au plan « Quartiers d’automne ». Trois sorties à la journée ont pu être organisées dans les sites partenaires retenus pour l’édition automnale de ce dispositif ; celui-ci a notamment permis aux antennes du Rocher de découvrir deux lieux emblématiques du patrimoine français. Outre le Domaine de Chambord, qui faisait à nouveau partie du projet, la ville d’Avignon a proposé la visite du Palais des Papes, accessible à la journée  pour les antennes du Rocher du sud de la France.

Retour sur trois journées culturelles, vécues in extremis par trois antennes du Rocher pendant les vacances de la Toussaint, juste avant le confinement !

 

Toulon La Beaucaire en excursion à Avignon
L’antenne de Toulon La Beaucaire, qui ne se trouve pas très loin d’Avignon, a pu emmener deux familles visiter la ville. En effet, malgré une voiture tombée en panne sur l’autoroute, empêchant malheureusement une troisième famille ainsi que quelques membres du Rocher de découvrir la cité des Papes, deux autres familles ont tout de même pu visiter le Palais ainsi que le Pont d’Avignon. La visite s’est déroulée toute la matinée en compagnie d’une guide très enthousiaste, et s’est achevée dans un café, pour partager un bon pique-nique et revenir sur les merveilleuses découvertes sur l’influence artistique et politique de cette petite ville du sud à l’époque médiévale. « Nous n’y serions jamais allés sans vous », nous confiait une maman à la fin de la journée. Après une balade dans les ruelles de la vieille ville, la petite troupe est revenue des étoiles dans les yeux à Toulon. « Je crois que c’est la première fois que Maman s’assoit dans un café » nous a partagé Damien, 15 ans.

Les Mureaux chamboulés par Chambord
Le Rocher des Mureaux, lui aussi, a pu faire une échappée patrimoniale. Plusieurs enfants et une maman du quartier se sont rendus au château de Chambord profiter des derniers beaux jours au vert. Accompagnés de plusieurs membres du Rocher, dont la famille des nouveaux responsables d’antenne Pierre et Marie-Pascale, cette journée était pour chacun la seule journée des vacances passée en dehors des Mureaux. Une excursion bienvenue, qui a permis à toutes ces familles de souffler, aussi bien pour les enfants qui ont pu profiter du cadre dépaysant de Chambord, que pour les parents restés aux Mureaux sans leurs enfants.
Le groupe a visité le château et emprunté des escaliers non ouverts à la visite avec deux guides très disponibles, puis ont assisté au spectacle équestre qui n’a pas manqué de provoquer un grand enthousiasme chez les jeunes. Un des enfants présents, qui ne semblait pas apprécier la sortie jusque-là, en est sorti émerveillé, le sourire jusqu’aux oreilles.
Un très beau moment qui laisse un souvenir heureux à ceux qui visitaient un château pour la première fois.

Rillieux-la-Pape dans la ville pontificale
Une famille de Rillieux-la-Pape a également pu visiter Avignon la veille du confinement. Partis en séjour à Nîmes, la famille et les volontaires du Rocher sont rentrés à Rillieux en passant par Avignon. Ibtissem, la maman, découvrait la ville pour la première fois, et n’avait d’ailleurs jamais visité de château. Farah, sa fille, aura retenu ses premiers mots de latin. Une expression sans doute peu prononcée jusque-là au sein du quartier de Rillieux-la-Pape où est implanté le Rocher : « Habemus papam » !

 

La réussite de ces trois sorties vient confirmer l’importance de permettre à des habitants des cités de sortir de leur quartier, et particulièrement de découvrir le patrimoine français, pour apprendre à connaître davantage le pays où ils vivent. Nous espérons que d’autres occasions se représenteront.

Merci au SG-CIPDR et au Domaine national de Chambord de nous avoir renouvelé leur soutien et leur confiance, et merci à la Ville d’Avignon de rejoindre ce beau projet en faveur des habitants des quartiers !

* Secrétariat général du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation

13Nov

A vos masques, prêts, bougez !!

Le café des Femmes c’est réuni ce jeudi pour une séance de sport en ligne !! Grâce à Caroline, la maman d’une bénévole de Paris X coach sportive, nous avons pût profiter d’une heure de sport via
Zoom. Les volontaires depuis chez eux, les femmes depuis chez elles : l’après-midi était sportif pour Le Rocher. « Cela m’a fait un bien fou, de bouger, rire, je n’ai pensé à rien d’autre » nous confiait R. une maman du Rocher.

10Nov

Un grand merci pour tous les camps d’été !

De multiples camps ont été co-financés cet été par nos partenaires. Ils ont permis aux enfants, aux jeunes et aux familles de sortir des quartiers pour passer de beaux moments et se ressourcer après cette pénible période du confinement.

Ces camps, organisés aux quatre coins de la France, de Belle-Ile-en-Mer aux Alpes, en passant par la Bourgogne et le Vaucluse, ont été l’occasion pour les enfants, les jeunes et les familles de respirer, de découvrir de nouvelles régions, et de quitter leur quartier le temps d’un séjour, souvent au contact de la nature. Quelle joie que de pouvoir prendre ce grand bol d’air !

Nous souhaitons remercier tout particulièrement nos partenaires sans qui ces camps et séjours d’été n’auraient pas pu avoir lieu. Merci aux fondations Greenlink, Nexity, Caritas, Duranne Espoirs d’Enfance, Mazars, Casa, à la Fondation de la Mutuelle Saint-Martin, ainsi qu’à Caholoma Solidarité. Merci également aux Préfectures du Rhône, du Var, de Seine-Saint Denis, des Yvelines, et des Bouches-du-Rhône. Merci enfin au SG-CIPDR et au Domaine national de Chambord !

Un grand merci à tous nos partenaires pour tous ces camps, tous ces sourires et toutes ces aventures !

10Nov

Confinés & formés !

La traditionnelle semaine de formation des volontaires Service civique de début novembre a bien eu lieu la semaine dernière pour nos 45 volontaires et stagiaires !
Confinement oblige, nous nous sommes retrouvés en visio cette année.
Au programme : pédagogie et autorité auprès des jeunes avec le VALDOCCO Formation ( merci Emmanuel Besnard !), les fondamentaux du développement d’agir, le soutien à la parentalité, les visites de famille pour terminer par une journée avec le module « Valeurs de la République et La laïcité » avec l’AFOCAL (merci Marc Guidoni !) où se sont joints une vingtaine de bénévoles de nos antennes. Occasion privilégiée pour échanger en équipe et relire les premiers mois.
« A l’antenne de Paris, nous étions heureux de pouvoir échanger les expériences et les petits “trucs” entre antennes et de constater que nous vivons vraiment des situations et problématiques similaires . Toute l’équipe était unanime sur le fait que cela nous a permis d’améliorer la qualité de notre esprit-d’équipe. » Elisabeth, volontaire en Service Civique.

Et vous, vous retenez quoi de cette semaine ?

06Nov

BNP-Paribas fait le tour de nos antennes !

En 2020, BNP-Paribas  visite les 9 antennes du Rocher !

Delphine Fantoba, Directrice de la Maison des Entrepreneurs & CO de Marseille, Responsable de l’Engagement d’Entreprise Région Sud-Est est venue visiter nos 3 antennes du Sud (2 Toulon et Marseille) :

  • À Marseille : le 6 octobre, Mme Fantoba et Pierre Veyres, Directeur Régional, ont passé une heure et demie en antenne, le temps de visiter les locaux puis de se poser avec l’équipe et des bénévoles et habitants pour un moment convivial : tour de présentation et échanges sur les différentes activités de l’antenne, le principe du Rocher, l’inter-religion, les perspectives d’avenir etc. Monsieur Veyres a conclu : « en fait c’est assez simple ce que vous faites, vous ouvrez vos bras et vos cœurs ».
  • À Toulon la Beaucaire: Avec Bruno Aguilhon, Directeur Territoire, Mme Fantoba est venue saluer les femmes du café des femmes le 17 septembre. S’en est suivi un bel échange autour des problématiques de la cité et de l’engagement de l’entreprise dans les quartiers populaires.
  • À Toulon Sainte Musse: Le même jour, Mme Fantoba et M. Aguilhon sont venus découvrir l’antenne pendant 2 heures. Ils ont pu échanger avec Sandra, a responsable d’antenne, Cyril, responsable de l’insertion sur l’antenne et Jean-François Morin, directeur du développement et de la recherche de fonds du Rocher ( national).

Par ailleurs, à Nîmes: Frederick Barbier, directeur BNP Parisbas Gard-Lozère est venu fin septembre  découvrir l’antenne ; Joseph Serres, bénévole et membre du bureau d’antenne, lui a fait présenter l’antenne aux côtés de l’équipe.

Dans les différentes antennes visitées, nous avons pu évoquer des perspectives de collaboration au travers de mécénat de présence/compétences, d’ateliers et de stages.

Le programme est quelque peu chamboulé par l’actualité, des contact ont en cours et ‘le tour du France du Rocher par BNP-Paribas’ pourra se boucler dès le confinement levé !

BNP-Paribas est un de nos partenaires historiques. Il nous soutient financièrement, en mécénat de compétence, et cette année, par un don en nature d’urgence durant le confinement au printemps : BNP-Paribas a permis à Break Poverty Foundation de nous donner 95 ordinateurs reconditionnés par Emmaüs Connect pour assurer la continuité pédagogique des enfants.

Au nom des habitants, nous remercions chaleureusement ce soutien sans faille.

Articles récents

Les 20 ans du Rocher à Grenoble

L’antenne de Grenoble a été la première étape de la Caravane des 20 ans du Rocher. Elle a accueilli les habitants, amis et membres du Rocher du 16 au 20 juin, au Mistral et dans le quartier du Sacré Coeur. Le confinement venant juste d’être mis entre parenthèses, c’est avec joie que les volontaires et […]

CHEERZ, partenaire des 20 ans du Rocher

Courant juin 2021, les 20 ans du Rocher ont été fêtés dans trois antennes : Grenoble (38), Les Mureaux (78) et Nîmes (30). La caravane des 20 ans du Rocher sillonne les routes avec à son bord une exposition photos et une box photo qui remportent un vrai succès auprès du public dans les antennes. […]

Les 20 ANS du Rocher aux MUREAUX

Deuxième antenne étape de la Caravane des 20 ans du Rocher, Les Mureaux ont fait la fête pendant quatre jours de retrouvailles, après les périodes de confinement, et de partage. Les deux premiers jours, aux Musiciens, de très nombreux habitants, bénévoles et anciennes équipes se sont rassemblés dans la journée autour d’ateliers (couture, cuisine, danse, […]

Aller à la barre d’outils