En mission dans les quartiers sensibles.

Paroles de bénévoles

Mathieu et Lauriane, tous deux bénévoles à l’antenne de Grenoble, témoignent de leur joie d’aider au Rocher et de venir rencontrer les habitants de Mistral :

La prairie s’anime

“Sortir de son appartement pour jouer avec des enfants du quartier : voilà une activité bénévole surprenante qui ne prend pas trop au sérieux. Le rocher m’a fait découvrir l’animation de rue et ses joies. En voici quelques éclats.

Étant kapseur, c’est-à-dire que je vis dans une coloc à projet solidaire, j’habite dans une résidence juste en face du quartier Mistral. Quand vient la fin d’après-midi, je n’ai qu’à traverser la rue pour contourner les trois tours et rejoindre la « prairie », un espace vert au cœur du quartier. J’entends déjà les cris des enfants et je suis pris au le cœur du mouvement : ça court un peu partout, des groupes d’enfants et quelques animateurs au milieu.

C’est toujours chouette de retrouver l’équipe du Rocher qui s’affaire pour une nouvelle anim’ de rue. Je reconnais quelques enfants, je demande aux autres comment ils s’appellent et on peut commencer à jouer. On peut être dans le city pour un foot, dans notre équipe, il y a des petits qui font déjà du jeu construit en enchaînant les passes et il y a des plus grands qui me dépassent par leur jeu de jambe. A moins qu’on soit sur la prairie, à bout de souffle, à fuir l’équipe des renards et capturer l’équipe des vipères.

On apprend beaucoup de choses ensembles : bien allier nos forces avec nos camarades, être patient quand une phase de jeu s’allonge, écouter quand on donne les règles, voir qu’on embête les autres si on fait n’importe quoi.

Et surtout, on récolte beaucoup de choses : des rires, de la complicité, de la confiance, de la reconnaissance. Je peux apprendre une façon de faire à un enfant qui va l’apprendre à un plus petit, et le plus petit peut me montrer une façon de jouer que je ne connaissais pas. Dans ces moments privilégiés où nous sommes pleinement dedans, autour d’un jeu, on sent que ça bouge à l’intérieur, au cœur de chacun”.

A table ouverte !


“Je m’appelle Lauriane, je suis étudiante et curieuse du monde. Je viens justement de trouver une nouvelle porte pour m’en rapprocher.
L’expérience du jeudi midi est un temps de rencontre autour d’un repas au Rocher.
Quand j’y vais, ça commence par la bienvenue, l’accueil est souriant, on se dit bonjour sans se connaître mais bientôt on parle de nos vies, de ce qui nous touche, de nos habitudes, de religions, de ce qui nous interpelle.
La dernière fois, on a partagé un couscous rouge, et le jeudi d’avant des bananes et manioc frits.
C’est comme un voyage. Si je devais inventer un mot j’inventerais chal’ heureux. Parce que ces moments au milieux de la semaine c’est comme un châle, un tissu qui t’entoure de joie ; il y a tous ces yeux, ces visages autour de toi qui ouvrent un espace qu’on ne soupçonnes pas toujours, ou qu’on oublie parfois, celui de l’altérité.

Chal’heureux, une heure ou deux, puis poursuivre la journée, heureux, élancés.

Avec ces quelques mots j’espère avoir esquissé les contours d’un espace d’accueil où chacun peut venir, passer, sourire, aimer ralentir (parce que c’est important de s’arrêter sur les visages de ceux qui déambulent à longueur de journée autour de nous, dans la rue, le tram, les escaliers).”

Articles récents

COVID 19 : L’appel du Rocher

Crise sanitaire du COVID 19 – Le Rocher mobilisé

Formateurs formés !

Une des activités-phare du Rocher de Marseille cette année est l’Atelier socio-linguistique, plus communément appelé cours de français. Nous n’avons pas moins de 40 inscrits les mardi et/ou jeudi après-midi. Ces ateliers accueillent des participants de tous niveaux. Certains viennent se familiariser avec la langue, d’autres la pratiquer, d’autres encore en découvrir l’écrit. Un thème […]

Aller à la barre d’outils